Le .tel s’ouvre aux développeurs Web

15 octobre 2008 | Dans la presse, Noms de domaine, Téléphonie, Web | Commentaires fermés sur Le .tel s’ouvre aux développeurs Web

Tel NicLondres, le 15 octobre 2008 – Telnic annonce le lancement en décembre de la Nouvelle Plateforme « Web sans Web »…

Telnic Limited a aujourd’hui publié les ressources et les codes de Source Ouverte, permettant ainsi aux développeurs de créer de nouvelles applications et de nouveaux services sur la plateforme innovante .tel lancée en Décembre de cette année. .Tel, un nouveau < < hub >> pour particuliers et entreprises, permettra d’éviter l’utilisation d’un site Internet pour publier des informations live sur la toile, et offrira la possibilité d’échanger des informations sécurisées et de personnaliser les services en ligne sous un nom de domaine .tel contrôlable par son propriétaire, chose qui n’était pas possible auparavant.

« C’est le bon moment pour commencer à dynamiser la communauté des programmeurs et livrer ce à quoi tout le monde s’attendait – une plateforme sur laquelle un individu possède le contrôle total et qui va changer la façon dont sont gérés l’information et les services en ligne,  » déclare Henri Asseily, Directeur Stratégie et Technologie chez Telnic. « Les propriétaires de .tel auront maintenant la possibilité de faire l’expérience d’un contrôle total des services auxquels ils souscrivent. Ils possèderont une identité virtuelle sous un nom de domaine propre et qui leur appartient, celui-ci agissant en tant que hub sur lequel tout type de service ou de personne peut interagir avec le détenteur et ce, de façon sûre et efficace. »

Outre les ressources, le code, la boîte à outils et le clavier de contrôle .tel, Telnic a également lancé sur le site des versions d’applications bêta qui peuvent être utilisées par le BlackBerry(R), l’IPhone et les ordinateurs munis de Windows(R).

Ces applications organisent le carnet d’adresses et fournissent des mises à jour dynamiques grâce à l’information contenue dans le domaine .tel du propriétaire. Leur téléchargement est gratuit, sous une licence de source ouverte, et peut être utilisé comme modèle pour de nouveaux types d’applications environnant les communications, les services de renseignements, les services de localisation géographique, la recherche et l’entretien du réseau social, conçu pour exploiter le système de nom de domaine .tel.

« Avec les nouveaux services que les programmeurs peuvent fournir à leurs clients, les longues heures de labeur dédiées à la mise à jour manuelle de coordonnées sont maintenant révolues et les informations fragmentées disponibles à travers les pages jaunes en ligne ne seront bientôt plus qu’une chose du passé« , ajoute Asseily.

Telnic explore également la possibilité d’un concours pour les programmeurs qui accorderait un prix aux services et aux applications développés en se servant des avantages offerts par .tel. Bien que les détails restent encore à finaliser, ceux intéressés par le concours peuvent visiter le site de ressources dédié aux programmeurs http://www.dev.telnic.org/ – et montrer leur intérêt dans la section communauté.

Lancement du Bic Phone en France

15 octobre 2008 | Dans la presse, France Telecom, Téléphonie | Commentaires fermés sur Lancement du Bic Phone en France

Le Bic PhoneDéjà coûteuse, la téléphonie devient jetable !

Le Bic Phone se prend pour une diva

Rien de tel qu’un bon buzz pour vendre un produit atypique. C’est ce qu’Orange et Bic ont fait lors du lancement du Bic Phone. Pour renforcer encore son image, le mobile « jetable » lance une campagne de pub à partir du 13 octobre, et ce jusqu’au 26 octobre, en affichage et sur le web. On va visualiser du BIC phone sur les murs de France et sur la toile.

Le Bic Phone c’est quoi ? Un anti iPhone, c’est certainement le mobile qui propose le moins de fonctionnalité du marché. Le Bic Phone est vendu prêt à l’emploi. La campagne de publicité sera présente sour la forme de :

  • 11.000 affiches et inserts sur l’ensemble du territoire.
  • des bannières web sur des sites cibles des usagers du BIC phone (sites généralistes, sites de petites annonces ou sites dédiés aux expatriés ou aux touristes en visite en France…).

C’est l’agence Vanksen qui a été chargé de la conception de cette campagne de communication d’envergure. Elle se veut à l’image du BIC phone : simple, efficace et …impertinente.

Source EchosduNet

Le 118 712 de France Télécom lance son service de renseignements par SMS

13 octobre 2008 | 118 712, Dans la presse, France Telecom | Commentaires fermés sur Le 118 712 de France Télécom lance son service de renseignements par SMS

118 712Déjà disponible par téléphone ou sur l’internet fixe et mobile (iPhone y compris), le service de renseignements de France Telecom / Orange est désormais directement accessible par SMS à tous les mobinautes.

Mais contrairement au service SMS de PagesJaunes, France Télécom a choisi de proposer le service via un numéro SMS surtaxé, moyennant la somme de 50 centimes par utilisation auquel il faudra ajouter le coût du SMS selon l’opérateur. « En cas de réponses multiples, le 118 712 propose une liste de 5 choix maximum. L’utilisateur peut alors demander, via SMS, plus d’informations sans coût supplémentaire, pour 3 réponses. Dans le cas où le service ne parvient pas à répondre au client, ce dernier n’est pas facturé », précise l’opérateur dans un communiqué de presse.

Pour le reste, il suffira au préalable d’envoyer sa requête par SMS au « 118 712 », avec 3 choix possibles de saisie : l’activité suivie de la ville ou du code postal, un nom suivi de la ville ou du code postal et le numéro de téléphone à 10 chiffres pour la recherche inversée.

Reste à savoir si les mobinautes choisiront d’utiliser cette nouvelle méthode d’interrogation des bases de données de renseignements téléphoniques de France Telecom ou plutôt la version mobile du site 118712, gratuite pour ceux qui possèdent une offre de data mobile intégrée.

Source : Mobinaute

6000 abonnés oubliés dans les Pages blanches

27 septembre 2008 | Dans la presse, Les Services | Commentaires fermés sur 6000 abonnés oubliés dans les Pages blanches

Plus de 6.000 Deux-Sévriens abonnés au téléphone ont été oubliés dans les dernières pages blanches de certains annuaires 2008.

L’erreur d’impression est évidente. 423 pages de numéros de téléphone d’abonnés deux-sévriens au lieu des 437 pages blanches recensées dans la majorité des annuaires sortis au début de l’été 2008. L’anomalie pourrait prêter à sourire dès lors qu’elle ne dépasserait pas le niveau de l’exception. C’est probable mais rien ne le prouve. Sauf peut-être la réaction étonnée de quelques interlocuteurs choisis au hasard des pages oubliées. Tous ont invariablement manifesté la même surprise. Dans plusieurs mairies et autres sites où parviennent fréquemment des appels, à l’image de la chambre d’agriculture qui a, il est vrai, ses habitués. Personne, en interne, n’avait jusqu’à présent remarqué l’oubli et personne ne le leur avait signalé. Voilà de quoi classer les annuaires défectueux parmi les « collectors ».

Quatorze pages vingt communes oubliées

Mais pour autant, rien ne permet d’imaginer que l’exemplaire qui nous a été transmis par l’un de nos lecteurs est unique.
Sur les quelque 175.000 exemplaires tirés au printemps dernier, d’autres présentent vraisemblablement la même caractéristique. Le vide n’est pas négligeable : quatorze pages, celles des dix-neuf communes qui, dans l’ordre alphabétique, se situent après Vanzay (partiellement amputée de 31 noms), font défaut. Un rapide calcul nous a permis de recenser environ 6.400 numéros manquants soit, approximativement, 3,5 % du contenu des pages blanches puisque chacune d’entre elles regroupe à peu près quatre cent vingt noms et numéros d’appels, particuliers et professionnels confondus. Dans cette litanie de noms, on trouve également une douzaine d’encarts localisés, payés par des artisans, dont on peut se demander s’ils ne pourraient pas, demain, faire l’objet d’une remise sous la forme d’un avoir sur l’annuaire 2009.

La balle est dans le camp des intéressés qui devront se montrer convaincants auprès de la société « Pages jaunes » qui se dit prête à assumer ses responsabilités. Mais jusqu’où peut aller la compensation ?

Source : La Nouvelle République

Un satellite pour Google Earth et Google Maps

1 septembre 2008 | Alternatives, Dans la presse, Google | Commentaires fermés sur Un satellite pour Google Earth et Google Maps

Communiqué de Google et GeoEye du 1er septembre 2008

Google et GeoEye ont annoncé jeudi denier un partenariat concernant la fourniture des images satellite utilisées pour Google Earth et Google Maps. Dans le cadre de ce partenariat, le groupe d’imagerie par satellite procédera le 4 septembre prochain au lancement de « GeoEye 1 », un satellite dont la valeur dépasse les 500 millions de dollars.

Google Earth

GeoEye 1 doit produire les images civiles offrant la meilleure résolution, assure son constructeur : 1,65 mètre en couleur (1 pixel représente 1,65 mètre) et 0,4 mètre en noir et blanc. Google ne devrait cependant pas publier ces photos avant au moins un mois, le temps de les recevoir et de les traiter.

Malgré ce partenariat, Google continuera à s’approvisionner en images satellite auprès d’autres fournisseurs, comme GeoAtlas ou Digital Globe. GeoEye, en revanche, s’est engagé à réserver ses clichés haute définition à Google. GeoEye 1 arborera d’ailleurs le logo de Google sur son premier étage, sans que le moteur ait eu à débourser un seul centime.

Visiter le site de GeoEye

Source : JDNet

Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

19 août 2008 | Annonces, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

Groupe PagesJaunes

PagesJaunes Groupe et le groupe M6 ont noué un partenariat stratégique sur Internet, visant à développer ensemble le site annoncesjaunes.fr.

L’objectif annoncé est de devenir leader multi-segments de la petite annonce sur Internet, en étant présent à la fois sur la thématique immobilière, automobile et à terme sur d’autres segments notamment dans le domaine de l’emploi.

Le groupe M6 prendra une participation de 34% dans le capital de PagesJaunes Petites Annonces, aujourd’hui filiale à 100% de PagesJaunes Groupe, via une augmentation de capital de 16 millions d’euros.

Le partenariat entre M6 et PagesJaunes Petites Annonces bénéficiera tant aux annonceurs qu’aux internautes utilisateurs d’annoncesjaunes.fr, en raison de la notoriété accrue du site, permise par l’exposition renforcée du service annoncesjaunes.fr sur les sites du groupe M6 et à la puissance médiatique de M6 tant à la télévision que sur Internet. Les utilisateurs d’annoncesjaunes.fr auront également accès à des contenus éditoriaux enrichis, avec par exemple les essais de turbo.fr. De leur côté, les utilisateurs des sites M6 comme m6.fr, ou turbo.fr auront un accès direct aux petites annonces d’annoncesjaunes.fr.

Le site annoncesjaunes.fr propose aujourd’hui un inventaire de 400000 annonces immobilières et automobiles . Ce partenariat permettra d’accélérer le développement d’annoncesjaunes.fr sur le marché dynamique des petites annonces en ligne en France, grâce notamment à la mise en avant d’annoncesjaunes.fr sur les supports de M6, avec l’ambition d’imposer rapidement un nouvel acteur de référence sur un marché en forte croissance.

Adossé à la puissance commerciale et à la compétence Internet de PagesJaunes, avec 4000 annonceurs conquis au 30 juin 2007 et 618000 visiteurs uniques au mois de juin 2007, annoncesjaunes.fr occupe déjà, après seulement 6 mois d’activité, une position significative, sur un marché de la petite annonce en ligne dont la croissance moyenne annuelle est estimée à environ 20% entre 2007 et 2012 .

Nicolas de Tavernost, Président du Directoire de M6, a déclaré : « Avec cette prise de participation stratégique, le groupe M6 se positionne sur le marché porteur des petites annonces aux côtés d’un acteur reconnu. Les perspectives de croissance du marché des petites annonces sont soutenues par l’essor du nombre d’annonceurs sur le numérique. Le groupe M6 mettra la puissance de ses supports, de ses marques et de ses contenus au service du développement d’annoncesjaunes.fr ».

Michel Datchary, Directeur général de PagesJaunes Groupe a déclaré : « Le partenariat avec un groupe de la qualité de M6 est un mouvement stratégique important pour PagesJaunes Groupe. Il nous permet d’accélérer notre développement dans les petites annonces immobilières et automobiles en ligne et de conquérir plus rapidement une part de marché conséquente. Les équipes de PagesJaunes et celles de M6 partagent une vision commune et enthousiaste de ce marché. »

Source du communiqué : News Eco

Le Minitel fait de la résistance

11 août 2008 | Alternatives, Dans la presse, France Telecom, Les Services | Commentaires fermés sur Le Minitel fait de la résistance

Face au succès d’Internet, le Minitel fait de la résistance…

Après vingt-cinq ans de bons et loyaux services, le 3611, l’annuaire électronique, accessible par le Minitel, va définitivement disparaître des écrans à la fin mars 2009. Ce service était fortement concurrencé par l’Internet. « L’audience de l’annuaire électronique est en chute de plus de 50 % par an », constate France Telecom. Aujourd’hui, le service reçoit 200 000 à 300 000 connexions par mois, contre 5 à 6 millions dans les années 1990.

Le groupe français d’annuaires Pages jaunes, régie publicitaire du 3611, explique, de son côté, que « la courbe d’audience de ce service et celle du site Internet pagesjaunes.fr se sont croisées en 2003 ». Depuis, le déclin du 3611 a été très rapide. Cependant, le Minitel est loin d’être mort. Ceux qui pronostiquaient sa disparition prochaine devront encore attendre. Aujourd’hui, France Telecom n’envisage pas d’arrêt du Minitel avant l’horizon 2011.

Certes le trafic de ce terminal, uniquement déployé en France au début des années 1980, est loin d’être aussi élevé qu’au milieu des années 1990, lors des années fastes. En 1998, il avait reçu 7,8 milliards d’appels. En 2007, le nombre d’appels reçus avait chuté à 220 millions.

Toutefois, il existe encore 2 millions de terminaux en fonctionnement (contre 9 millions en 1998), sans compter les logiciels qui transforment l’ordinateur en Minitel. Néanmoins, seulement 1 million de personnes utilisent réellement leur connexion Minitel.

LES PROFESSIONNELS

On pourrait croire qu’il s’agit d’irréductibles, plutôt âgés et imperméables aux nouvelles technologies. C’est en grande partie faux. La majorité des adeptes du Minitel est constituée de professionnels. Ils représentent près de la moitié du trafic. Les fleuristes, les marchands de journaux ou les débitants de tabac l’utilisent pour leur approvisionnement. Les transporteurs routiers s’y connectent pour prendre connaissance des marchandises à convoyer. « Par rapport à un ordinateur, le Minitel a l’avantage d’être résistant, de s’allumer en une dizaine de secondes, et il n’a jamais été attaqué par un virus informatique », observe Guy Cronimus, responsable du marketing des kiosques chez France Telecom.

Le Minitel rend encore service aux particuliers. Quelque 4 000 prestataires sont accessibles via ce canal (contre plus de 25 000 en 1996). Si le Minitel rose a pratiquement disparu, la consultation des comptes bancaires est un service encore très utilisé. Le site d’informations boursières Boursorama, ouvert sur Minitel en 2003, est toujours disponible. Le Minitel est aussi employé pour les paris sur les courses de chevaux. Il reste très pratique pour obtenir des informations financières sur une société.

Si malgré le boom de l’Internet le Minitel existe encore, c’est aussi parce qu’il demeure une activité rentable. Il a encore généré 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007. Alors que les éditeurs de services ont du mal à faire payer leurs prestations sur Internet, le Minitel permet de facturer de façon presque indolore les temps de connexion qui, pourtant, restent chers. Leur coût est directement prélevé sur la facture que reçoit, chaque mois, l’abonné à France Telecom.

Source : Le Monde

Le 11 du Minitel disparaît

3 août 2008 | Alternatives, Annonces, Dans la presse, France Telecom | Commentaires fermés sur Le 11 du Minitel disparaît

Le 3611 du Minitel sera débranché en mars 2009. France Télécom a annoncé l’arrêt de son annuaire de services, près de vingt-cinq ans après sa création.

MinitelL’érosion du Minitel se poursuit. Le vénérable service télématique lancé en 1982 par France Télécom (à l’époque, les PTT) va bientôt perdre l’un de ses fers de lance : son annuaire de services. France Télécom (l’éditeur du service) et PagesJaunes ont annoncé à l’AFP qu’il mettront fin au 3611 (anciennement le 11), à la fin du mois de mars 2009.

Au plus fort de sa popularité, dans les années 1990, l’annuaire Minitel enregistrait 5 à 6 millions de connexions par mois, contre seulement 200 000 à 300 000 de nos jours. « Avec le développement d’Internet, l’audience de ce service est en chute de plus de 50 % par an », justifie France Télécom dans son communiqué à l’AFP. Lors de l’annonce de son chiffre d’affaires du premier semestre 2008, le groupe PagesJaunes faisait le même constat, relevant que « la forte baisse du Minitel s’est poursuivie au second trimestre 2008 ».

Un milliard de revenus pour le Minitel

Le chiffre d’affaires du 3611 a atteint 4,5 millions d’euros au premier semestre 2008, en baisse de 69,4 % par rapport au premier semestre 2007. A son apogée, le Minitel et les 20 000 services auxquels il donnait accès (3614, 3615) représentaient 1 milliard d’euros de revenus annuels. En 2005, 6,7 millions de terminaux étaient encore actifs en France.

Le petit terminal a toujours ses adeptes dans l’Hexagone, notamment dans les entreprises. Et, paradoxalement, le 3611 n’a rien à envier sur le plan tarifaire à certains services en ligne comme les nouveaux renseignements téléphoniques (accessibles par un numéro en 118 XXX). Chez France Télécom, la prestation du 118 712 coûte 1,12 euro depuis un téléphone fixe, quand le bon vieux 3611 est facturé 0,11 euro les cinq premières minutes.

Source : 01net

Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

3 août 2008 | Bases de données, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

L’éditeur de bottins Pages Jaunes (YLO.UN) annonce qu’il a l’intention d’acheter les actifs de l’entreprise Volt Information Sciences.

Cette acquisition, qui sera payée 178 M$ comptant, comprend des activités d’édition d’annuaires.

Volt fournit des systèmes destinés à la production et à la gestion de bases de données ainsi qu’à la numérisation d’annonces. Ses clients sont des éditeurs d’annuaires et d’autres médias.

À cela s’ajoute Data National, un éditeur indépendant présent sur les côtes Est et Sud-Est des États-Unis. Les Pages Jaunes ne mettent toutefois pas la main sur les activités de Volt en Uruguay.

Les Pages Jaunes affirment avoir beaucoup investi dans des systèmes intégrés pour l’édition et la gestion des relations avec la clientèle. L’achat de Volt aiderait à renforcer l’intégration de ces systèmes. Notamment, l’acquéreur compte accélérer le pas pour des initiatives dans les médias imprimés et en ligne.

«Cette acquisition représente une étape importante dans l’évolution de notre plateforme technologique, principalement pour nos activités de publication d’annuaires, mais aussi pour nos médias verticaux», dit Marc Tellier, PDG du Groupe Pages Jaunes.

«Grâce à la vaste connaissance de Volt de l’industrie de l’édition, associée à sa capacité d’exceller dans les technologies de l’information, ajoute M. Tellier, nous sommes bien positionnés pour continuer d’accroître notre efficacité opérationnelle et notre leadership sur le marché.»

Les Pages Jaunes et Volt ont déjà signé une convention d’achat d’actifs. La transaction devrait être bouclée en septembre 2008, si les autorités réglementaires y donnent leur feu vert.

Volt a généré un profit d’exploitation de 19 M$ US pour l’exercice qui s’est terminé en octobre 2007.

Les parts des Pages Jaunes ont clôturé à 9,07 $ mardi à la Bourse de Toronto.

Source : Yahoo Actualités

PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

25 juin 2008 | Annonces, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

Le groupe PagesJaunes annonce un partenariat entre sa filiale espagnole QDQ Media et Google.

Les commerciaux de QDQ Media vont ainsi commercialiser les produits Google AdWords auprès des annonceurs locaux.

L’accord permet à la filiale du groupe d’élargir son offre en ligne et d’augmenter son chiffre d’affaires.

Elle comptait 77 200 annonceurs fin 2007 et 10,9 millions de chiffre d’affaires sur la publicité sur Internet.

Source : JDNet

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)