Lancement du Bic Phone en France

15 octobre 2008 | Dans la presse, France Telecom, Téléphonie | Commentaires fermés sur Lancement du Bic Phone en France

Le Bic PhoneDéjà coûteuse, la téléphonie devient jetable !

Le Bic Phone se prend pour une diva

Rien de tel qu’un bon buzz pour vendre un produit atypique. C’est ce qu’Orange et Bic ont fait lors du lancement du Bic Phone. Pour renforcer encore son image, le mobile « jetable » lance une campagne de pub à partir du 13 octobre, et ce jusqu’au 26 octobre, en affichage et sur le web. On va visualiser du BIC phone sur les murs de France et sur la toile.

Le Bic Phone c’est quoi ? Un anti iPhone, c’est certainement le mobile qui propose le moins de fonctionnalité du marché. Le Bic Phone est vendu prêt à l’emploi. La campagne de publicité sera présente sour la forme de :

  • 11.000 affiches et inserts sur l’ensemble du territoire.
  • des bannières web sur des sites cibles des usagers du BIC phone (sites généralistes, sites de petites annonces ou sites dédiés aux expatriés ou aux touristes en visite en France…).

C’est l’agence Vanksen qui a été chargé de la conception de cette campagne de communication d’envergure. Elle se veut à l’image du BIC phone : simple, efficace et …impertinente.

Source EchosduNet

Le 118 712 de France Télécom lance son service de renseignements par SMS

13 octobre 2008 | 118 712, Dans la presse, France Telecom | Commentaires fermés sur Le 118 712 de France Télécom lance son service de renseignements par SMS

118 712Déjà disponible par téléphone ou sur l’internet fixe et mobile (iPhone y compris), le service de renseignements de France Telecom / Orange est désormais directement accessible par SMS à tous les mobinautes.

Mais contrairement au service SMS de PagesJaunes, France Télécom a choisi de proposer le service via un numéro SMS surtaxé, moyennant la somme de 50 centimes par utilisation auquel il faudra ajouter le coût du SMS selon l’opérateur. « En cas de réponses multiples, le 118 712 propose une liste de 5 choix maximum. L’utilisateur peut alors demander, via SMS, plus d’informations sans coût supplémentaire, pour 3 réponses. Dans le cas où le service ne parvient pas à répondre au client, ce dernier n’est pas facturé », précise l’opérateur dans un communiqué de presse.

Pour le reste, il suffira au préalable d’envoyer sa requête par SMS au « 118 712 », avec 3 choix possibles de saisie : l’activité suivie de la ville ou du code postal, un nom suivi de la ville ou du code postal et le numéro de téléphone à 10 chiffres pour la recherche inversée.

Reste à savoir si les mobinautes choisiront d’utiliser cette nouvelle méthode d’interrogation des bases de données de renseignements téléphoniques de France Telecom ou plutôt la version mobile du site 118712, gratuite pour ceux qui possèdent une offre de data mobile intégrée.

Source : Mobinaute

Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

19 août 2008 | Annonces, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

Groupe PagesJaunes

PagesJaunes Groupe et le groupe M6 ont noué un partenariat stratégique sur Internet, visant à développer ensemble le site annoncesjaunes.fr.

L’objectif annoncé est de devenir leader multi-segments de la petite annonce sur Internet, en étant présent à la fois sur la thématique immobilière, automobile et à terme sur d’autres segments notamment dans le domaine de l’emploi.

Le groupe M6 prendra une participation de 34% dans le capital de PagesJaunes Petites Annonces, aujourd’hui filiale à 100% de PagesJaunes Groupe, via une augmentation de capital de 16 millions d’euros.

Le partenariat entre M6 et PagesJaunes Petites Annonces bénéficiera tant aux annonceurs qu’aux internautes utilisateurs d’annoncesjaunes.fr, en raison de la notoriété accrue du site, permise par l’exposition renforcée du service annoncesjaunes.fr sur les sites du groupe M6 et à la puissance médiatique de M6 tant à la télévision que sur Internet. Les utilisateurs d’annoncesjaunes.fr auront également accès à des contenus éditoriaux enrichis, avec par exemple les essais de turbo.fr. De leur côté, les utilisateurs des sites M6 comme m6.fr, ou turbo.fr auront un accès direct aux petites annonces d’annoncesjaunes.fr.

Le site annoncesjaunes.fr propose aujourd’hui un inventaire de 400000 annonces immobilières et automobiles . Ce partenariat permettra d’accélérer le développement d’annoncesjaunes.fr sur le marché dynamique des petites annonces en ligne en France, grâce notamment à la mise en avant d’annoncesjaunes.fr sur les supports de M6, avec l’ambition d’imposer rapidement un nouvel acteur de référence sur un marché en forte croissance.

Adossé à la puissance commerciale et à la compétence Internet de PagesJaunes, avec 4000 annonceurs conquis au 30 juin 2007 et 618000 visiteurs uniques au mois de juin 2007, annoncesjaunes.fr occupe déjà, après seulement 6 mois d’activité, une position significative, sur un marché de la petite annonce en ligne dont la croissance moyenne annuelle est estimée à environ 20% entre 2007 et 2012 .

Nicolas de Tavernost, Président du Directoire de M6, a déclaré : « Avec cette prise de participation stratégique, le groupe M6 se positionne sur le marché porteur des petites annonces aux côtés d’un acteur reconnu. Les perspectives de croissance du marché des petites annonces sont soutenues par l’essor du nombre d’annonceurs sur le numérique. Le groupe M6 mettra la puissance de ses supports, de ses marques et de ses contenus au service du développement d’annoncesjaunes.fr ».

Michel Datchary, Directeur général de PagesJaunes Groupe a déclaré : « Le partenariat avec un groupe de la qualité de M6 est un mouvement stratégique important pour PagesJaunes Groupe. Il nous permet d’accélérer notre développement dans les petites annonces immobilières et automobiles en ligne et de conquérir plus rapidement une part de marché conséquente. Les équipes de PagesJaunes et celles de M6 partagent une vision commune et enthousiaste de ce marché. »

Source du communiqué : News Eco

Le Minitel fait de la résistance

11 août 2008 | Alternatives, Dans la presse, France Telecom, Les Services | Commentaires fermés sur Le Minitel fait de la résistance

Face au succès d’Internet, le Minitel fait de la résistance…

Après vingt-cinq ans de bons et loyaux services, le 3611, l’annuaire électronique, accessible par le Minitel, va définitivement disparaître des écrans à la fin mars 2009. Ce service était fortement concurrencé par l’Internet. « L’audience de l’annuaire électronique est en chute de plus de 50 % par an », constate France Telecom. Aujourd’hui, le service reçoit 200 000 à 300 000 connexions par mois, contre 5 à 6 millions dans les années 1990.

Le groupe français d’annuaires Pages jaunes, régie publicitaire du 3611, explique, de son côté, que « la courbe d’audience de ce service et celle du site Internet pagesjaunes.fr se sont croisées en 2003 ». Depuis, le déclin du 3611 a été très rapide. Cependant, le Minitel est loin d’être mort. Ceux qui pronostiquaient sa disparition prochaine devront encore attendre. Aujourd’hui, France Telecom n’envisage pas d’arrêt du Minitel avant l’horizon 2011.

Certes le trafic de ce terminal, uniquement déployé en France au début des années 1980, est loin d’être aussi élevé qu’au milieu des années 1990, lors des années fastes. En 1998, il avait reçu 7,8 milliards d’appels. En 2007, le nombre d’appels reçus avait chuté à 220 millions.

Toutefois, il existe encore 2 millions de terminaux en fonctionnement (contre 9 millions en 1998), sans compter les logiciels qui transforment l’ordinateur en Minitel. Néanmoins, seulement 1 million de personnes utilisent réellement leur connexion Minitel.

LES PROFESSIONNELS

On pourrait croire qu’il s’agit d’irréductibles, plutôt âgés et imperméables aux nouvelles technologies. C’est en grande partie faux. La majorité des adeptes du Minitel est constituée de professionnels. Ils représentent près de la moitié du trafic. Les fleuristes, les marchands de journaux ou les débitants de tabac l’utilisent pour leur approvisionnement. Les transporteurs routiers s’y connectent pour prendre connaissance des marchandises à convoyer. « Par rapport à un ordinateur, le Minitel a l’avantage d’être résistant, de s’allumer en une dizaine de secondes, et il n’a jamais été attaqué par un virus informatique », observe Guy Cronimus, responsable du marketing des kiosques chez France Telecom.

Le Minitel rend encore service aux particuliers. Quelque 4 000 prestataires sont accessibles via ce canal (contre plus de 25 000 en 1996). Si le Minitel rose a pratiquement disparu, la consultation des comptes bancaires est un service encore très utilisé. Le site d’informations boursières Boursorama, ouvert sur Minitel en 2003, est toujours disponible. Le Minitel est aussi employé pour les paris sur les courses de chevaux. Il reste très pratique pour obtenir des informations financières sur une société.

Si malgré le boom de l’Internet le Minitel existe encore, c’est aussi parce qu’il demeure une activité rentable. Il a encore généré 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007. Alors que les éditeurs de services ont du mal à faire payer leurs prestations sur Internet, le Minitel permet de facturer de façon presque indolore les temps de connexion qui, pourtant, restent chers. Leur coût est directement prélevé sur la facture que reçoit, chaque mois, l’abonné à France Telecom.

Source : Le Monde

Le 11 du Minitel disparaît

3 août 2008 | Alternatives, Annonces, Dans la presse, France Telecom | Commentaires fermés sur Le 11 du Minitel disparaît

Le 3611 du Minitel sera débranché en mars 2009. France Télécom a annoncé l’arrêt de son annuaire de services, près de vingt-cinq ans après sa création.

MinitelL’érosion du Minitel se poursuit. Le vénérable service télématique lancé en 1982 par France Télécom (à l’époque, les PTT) va bientôt perdre l’un de ses fers de lance : son annuaire de services. France Télécom (l’éditeur du service) et PagesJaunes ont annoncé à l’AFP qu’il mettront fin au 3611 (anciennement le 11), à la fin du mois de mars 2009.

Au plus fort de sa popularité, dans les années 1990, l’annuaire Minitel enregistrait 5 à 6 millions de connexions par mois, contre seulement 200 000 à 300 000 de nos jours. « Avec le développement d’Internet, l’audience de ce service est en chute de plus de 50 % par an », justifie France Télécom dans son communiqué à l’AFP. Lors de l’annonce de son chiffre d’affaires du premier semestre 2008, le groupe PagesJaunes faisait le même constat, relevant que « la forte baisse du Minitel s’est poursuivie au second trimestre 2008 ».

Un milliard de revenus pour le Minitel

Le chiffre d’affaires du 3611 a atteint 4,5 millions d’euros au premier semestre 2008, en baisse de 69,4 % par rapport au premier semestre 2007. A son apogée, le Minitel et les 20 000 services auxquels il donnait accès (3614, 3615) représentaient 1 milliard d’euros de revenus annuels. En 2005, 6,7 millions de terminaux étaient encore actifs en France.

Le petit terminal a toujours ses adeptes dans l’Hexagone, notamment dans les entreprises. Et, paradoxalement, le 3611 n’a rien à envier sur le plan tarifaire à certains services en ligne comme les nouveaux renseignements téléphoniques (accessibles par un numéro en 118 XXX). Chez France Télécom, la prestation du 118 712 coûte 1,12 euro depuis un téléphone fixe, quand le bon vieux 3611 est facturé 0,11 euro les cinq premières minutes.

Source : 01net

Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

3 août 2008 | Bases de données, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

L’éditeur de bottins Pages Jaunes (YLO.UN) annonce qu’il a l’intention d’acheter les actifs de l’entreprise Volt Information Sciences.

Cette acquisition, qui sera payée 178 M$ comptant, comprend des activités d’édition d’annuaires.

Volt fournit des systèmes destinés à la production et à la gestion de bases de données ainsi qu’à la numérisation d’annonces. Ses clients sont des éditeurs d’annuaires et d’autres médias.

À cela s’ajoute Data National, un éditeur indépendant présent sur les côtes Est et Sud-Est des États-Unis. Les Pages Jaunes ne mettent toutefois pas la main sur les activités de Volt en Uruguay.

Les Pages Jaunes affirment avoir beaucoup investi dans des systèmes intégrés pour l’édition et la gestion des relations avec la clientèle. L’achat de Volt aiderait à renforcer l’intégration de ces systèmes. Notamment, l’acquéreur compte accélérer le pas pour des initiatives dans les médias imprimés et en ligne.

«Cette acquisition représente une étape importante dans l’évolution de notre plateforme technologique, principalement pour nos activités de publication d’annuaires, mais aussi pour nos médias verticaux», dit Marc Tellier, PDG du Groupe Pages Jaunes.

«Grâce à la vaste connaissance de Volt de l’industrie de l’édition, associée à sa capacité d’exceller dans les technologies de l’information, ajoute M. Tellier, nous sommes bien positionnés pour continuer d’accroître notre efficacité opérationnelle et notre leadership sur le marché.»

Les Pages Jaunes et Volt ont déjà signé une convention d’achat d’actifs. La transaction devrait être bouclée en septembre 2008, si les autorités réglementaires y donnent leur feu vert.

Volt a généré un profit d’exploitation de 19 M$ US pour l’exercice qui s’est terminé en octobre 2007.

Les parts des Pages Jaunes ont clôturé à 9,07 $ mardi à la Bourse de Toronto.

Source : Yahoo Actualités

PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

25 juin 2008 | Annonces, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

Le groupe PagesJaunes annonce un partenariat entre sa filiale espagnole QDQ Media et Google.

Les commerciaux de QDQ Media vont ainsi commercialiser les produits Google AdWords auprès des annonceurs locaux.

L’accord permet à la filiale du groupe d’élargir son offre en ligne et d’augmenter son chiffre d’affaires.

Elle comptait 77 200 annonceurs fin 2007 et 10,9 millions de chiffre d’affaires sur la publicité sur Internet.

Source : JDNet

Le Bottin tombe dans l’escarcelle de PUBLIGroup

20 novembre 2007 | Allô Bottin, Annonces, Business | Commentaires fermés sur Le Bottin tombe dans l’escarcelle de PUBLIGroup

Finalement, quelques mois après avoir racheté le Bottin, le groupe Bégécom est lui-même repris par PubliGroupe avec Amitel. Fusion et agglomération d’annuaires locaux et régionaux. Les petits groupes feront-ils les gros ?

Communiqué du 15.11.2007, Lausanne : PubliGroupe développe ses activités en France dans le secteur des annuaires/Pages Jaunes locaux.

PUBLIGroupPubliGroupe acquiert 100% du capital des sociétés françaises Bégécom, basée à Nîmes, et Annuaires Téléphoniques de Bretagne (ATB), basée à Lorient, qui éditent des annuaires téléphoniques/Pages Jaunes à Lyon et dans 13 autres agglomérations situées dans le sud-est, le midi et l’ouest de la France. Le groupe Bégécom/ATB réalise un chiffre d’affaires annuel de EUR 6 millions et emploie 60 personnes.

BegecomL’acquisition de Bégécom/ATB permet de doubler la dimension du secteur d’activités Search & Find de PubliGroupe sur le marché français, où il est présent depuis 1997 au travers de sa société Amitel qui édite 29 annuaires locaux dans l’est de la France et réalise un chiffre d’affaires de EUR 6.1 millions. Les produits de Bégécom/ATB offrent une parfaite complémentarité géographique avec ceux d’Amitel, sous l’impulsion de laquelle les produits « Search & Find » online pourront désormais être développés à une plus grande échelle. La réunion de Bégécom/ATB et d’Amitel, deux groupes très solides et en croissance, donne naissance à un acteur important sur le marché français.

Source : communiqué PUBLIGroupe

Informations complémentaires :

PubliGroupe est un groupe international leader de marketing, de vente et de services pour les médias et les annonceurs, qui a été fondé en 1890. Aujourd’hui, PubliGroupe est actif dans les domaines des directories, de la presse, d’Internet, de la télévision, du cinéma, de la radio et de la téléphonie mobile.

pagesjaunes.fr la nouvelle façon de trouver

18 septembre 2007 | Alternatives, Annonces, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | 1 commentaire

Pagesjaunes.fr veut contrer les moteurs de recherche

Note ALLO118 : Un nouveau moteur de recherche PagesJaunes.fr : Il faudra donc attendre demain pour voir ce que le premier annuaire national nous réserve. Outre la concurrence d’annuaires vite montés comme celui du 118218 ou d’autres tel Indexa, le vieillissement de l’outil face à la puissante simplicité de la recherche du moteur Google et à ses projets d’annuaire géolocalisés en plein développement comme en témoigne Google Local Business pèse probablement très lourd dans les incitation d’investissement de PagesJaunes, racheté dernièrement par le fonds KKR à France Telecom.

Espérons donc que les initiatives de 3D et l’ajout certes pas novateur mais régulier de fonctionnalités au site PageJaunes.fr aura été le signe d’un vrai renouveau des acteurs français de la recherche sur Internet face au géant Google…

L’éditeur d’annuaires fait peau neuve pour faire face aux géants d’Internet comme Google et Yahoo!.

PagesJaunesUne nouvelle façon de trouver des renseignements ! Tel est l’objectif de pagesjaunes.fr, premier éditeur européen d’annuaires sur Internet. Le site créé en 1997 subit sa première grande refonte demain [mercredi 19 septembre 2007] à partir de 19 heures pour devenir plus simple, rapide et intuitif pour les utilisateurs.

Histoire de mieux contrer la concurrence des moteurs de recherche venus d’Internet, comme Google ou Yahoo!, mais aussi les développements Internet des nouveaux numéros de renseignements téléphoniques « 118 ». Un enjeu important alors que le site Web représente désormais plus d’un tiers du chiffre d’affaires du groupe PagesJaunes, à côté des annuaires papier.

L’ouverture du site coïncide avec une campagne de publicité télé, affichage et street marketing, menée par l’agence M&CSaatchi.GAD, et une nouvelle signature : « pagesjaunes.fr la nouvelle façon de trouver ». Premier changement : les utilisateurs n’ont plus que deux champs à remplir au lieu de cinq auparavant. Désormais, il leur suffit d’indiquer « Quoi ? Qui ? » et « Où ? ». « Nos utilisateurs se croyaient obligés de remplir toutes les cases, ce qui donnait au site un caractère administratif, complètement disparu aujourd’hui », explique Jean-Marie Guille, directeur des annuaires en ligne de PagesJaunes.

Justifier les tarifs

PagesJaunes et GoogleAutre amélioration : le recours systématique aux plans et cartes, fournis par Mappy, filiale du groupe PagesJaunes. Troisième innovation : les recherches sur des services ou produits de la vie courante peuvent être plus complexes. Par exemple, le public pourra chercher « hôtel trois étoiles avec piscine à côté de Nantes » ou « chauffage avec de l’énergie solaire ». Le système fait lui-même le tri !

« Nous savons désormais extraire beaucoup de données à partir des informations fournies par nos annonceurs », indique Jean-Marie Guille. Avec 380 000 professionnels qui publient des encarts publicitaires sur pagesjaunes.fr, 50 000 clients dotés de sites informatifs structurés, et 100 000 annonceurs disposant d’un site Web, PagesJaunes dispose d’un vrai gisement de données. Il s’est doté des outils informatiques pour mieux les exploiter.

Au final, le site ne s’offre donc pas « un simple toilettage mais un vrai changement de génération. On touche au coeur du réacteur », affirme Jean-Marie Guille, qui confesse un investissement de « plusieurs millions d’euros ».

Pagesjaunes.fr espère ainsi doper son audience, qui progresse déjà de 30 % à 40 % par an depuis plusieurs années. « D’après nos tests, 46 % des utilisateurs sont incités grâce à la nouvelle formule à utiliser le site plus souvent, et 23 % déclarent même qu’ils iront moins sur les moteurs de recherche. » Une manière de justifier les tarifs orientés à la hausse que le groupe facture à ses annonceurs !

Source : Le Figaro

Association du développement des renseignements pour tous : qu’en attendre ?

17 septembre 2007 | 118 000, 118 008, 118 218, Annonces, Dans la presse, Le Numéro, Les acteurs du 118, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Association du développement des renseignements pour tous : qu’en attendre ?

L'ADRT : Association du développement des renseignements pour tousDes 118 s’associent pour favoriser la « concertation »

Les numéros 118 000 (Telegate), 118 008 (Pages Jaunes) et 118 218 (Le Numéro), qui ont fait l’objet de critiques récemment pour leurs tarifs élevés, ont annoncé vendredi la création d’une association baptisée ADRT (Association du développement des renseignements pour tous). L’objectif est de promouvoir « la concertation avec les pouvoirs publics, les associations de consommateurs et les opérateurs de télécommunications pour prendre mieux en compte les attentes du public« , selon le communiqué.

Parmi les priorités d’action, l’élargissement aux services d’informations pratiques, l’ouverture aux autres pays européens, les services par SMS ou encore l’accès aux numéros de mobiles. « Les critiques de cet été n’ont fait qu’accentuer le besoin de se concerter, nous ne voulons pas rester inactifs aujourd’hui dans un contexte où apparemment des incompréhensions se posent et où nous avons l’impression d’être pointés du doigt« , a déclaré Bruno Massiet du Biest, directeur du 118 218. Les trois numéros à l’origine de cette initiative revendiquent près des trois-quarts du marché. Seul manque à l’appel le 118 712 (Orange), qui selon les estimations est numéro deux du marché: il n’a pas été contacté et se dit « surpris » par l’intitulé de l’association.

L’avis d’ALLO 118

Il faut confirmer Bruno Massiet du Biest dans son sentiment, qui au nom de ces 3 acteurs des renseignements téléphonique peut à juste titre se sentir visé par un sentiment d’arnaque dans l’opinion publique. Si on peut parfaitement être pour l’ouverture du marché, il faut souligner les très mauvaises pratiques commerciales que représentent l’opacité des tarifs, des augmentations à répétition et surtout l’escroquerie de la facturation du temps de communication après la mise en relation, véritable abus de faiblesse sans la moindre valeur ajoutée – contrairement à un coût à l’acte lors de mise en relation pour le service de ne pas avoir à saisir le numéro…

Je suis plutôt heureusement étonné que France Telecom n’ait pas participé à cette opération de communication. Néanmoins ALLO 118 est à la disposition de l’ADRT pour les aider à prouver au consommateur leur volonté de rapprochement avec le consommateur, et faire en sorte que son intitulé aille au-delà d’un procédé de marketing participatif…

Source : AFP via LCI

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)