11800 racheté et 118712 dans les pages blanches

6 novembre 2009 | 118 000, 118 712, Annuaires, Business, Dans la presse | 1 commentaire

Tarifs renseignements téléphoniquesActualité chargée pour deux des principaux acteurs du secteur des renseignements téléphoniques.

118 000

Le 118 000, opéré historiquement par le groupe allemand Telegate, a annoncé ce matin son rachat par son management français, soutenu par le fonds d’investissement Newfund. « Cet accord nous permettra d’accélérer le développement de nos services Web et notamment de 118000.fr, déjà fort de plus de 3 millions de visiteurs uniques (ndlr Source Xiti), tout en nous appuyant sur notre activité historique de renseignements téléphoniques « indique Charles Tonlorenzi, PDG de la société 118000 S.A.S.

118 712

Toujours filiale du groupe France Telecom, le groupe 118712 annonce pour sa part une innovation produit. L’annuaire, qui permet de retrouver les coordonnées de professionnels et de particuliers, propose à ces derniers d’enrichir leur profil. « Grâce à un accès facile et sécurisé, l’utilisateur effectue des mises à jour de son profil. Il peut également afficher sa photo et indiquer la façon dont il souhaite être contacté : sur son mobile, son e-mail, son blog, ou ses sites communautaires.  » explique un représentant de France Telecom, un groupe qui s’était pourtant séparé des pages jaunes (et des pages blanches) il y a déjà quelques années…

Source : NetEco

Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

3 août 2008 | Bases de données, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

L’éditeur de bottins Pages Jaunes (YLO.UN) annonce qu’il a l’intention d’acheter les actifs de l’entreprise Volt Information Sciences.

Cette acquisition, qui sera payée 178 M$ comptant, comprend des activités d’édition d’annuaires.

Volt fournit des systèmes destinés à la production et à la gestion de bases de données ainsi qu’à la numérisation d’annonces. Ses clients sont des éditeurs d’annuaires et d’autres médias.

À cela s’ajoute Data National, un éditeur indépendant présent sur les côtes Est et Sud-Est des États-Unis. Les Pages Jaunes ne mettent toutefois pas la main sur les activités de Volt en Uruguay.

Les Pages Jaunes affirment avoir beaucoup investi dans des systèmes intégrés pour l’édition et la gestion des relations avec la clientèle. L’achat de Volt aiderait à renforcer l’intégration de ces systèmes. Notamment, l’acquéreur compte accélérer le pas pour des initiatives dans les médias imprimés et en ligne.

«Cette acquisition représente une étape importante dans l’évolution de notre plateforme technologique, principalement pour nos activités de publication d’annuaires, mais aussi pour nos médias verticaux», dit Marc Tellier, PDG du Groupe Pages Jaunes.

«Grâce à la vaste connaissance de Volt de l’industrie de l’édition, associée à sa capacité d’exceller dans les technologies de l’information, ajoute M. Tellier, nous sommes bien positionnés pour continuer d’accroître notre efficacité opérationnelle et notre leadership sur le marché.»

Les Pages Jaunes et Volt ont déjà signé une convention d’achat d’actifs. La transaction devrait être bouclée en septembre 2008, si les autorités réglementaires y donnent leur feu vert.

Volt a généré un profit d’exploitation de 19 M$ US pour l’exercice qui s’est terminé en octobre 2007.

Les parts des Pages Jaunes ont clôturé à 9,07 $ mardi à la Bourse de Toronto.

Source : Yahoo Actualités

PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

25 juin 2008 | Annonces, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur PagesJaunes et Google s’allient avec Adwords en Espagne

Le groupe PagesJaunes annonce un partenariat entre sa filiale espagnole QDQ Media et Google.

Les commerciaux de QDQ Media vont ainsi commercialiser les produits Google AdWords auprès des annonceurs locaux.

L’accord permet à la filiale du groupe d’élargir son offre en ligne et d’augmenter son chiffre d’affaires.

Elle comptait 77 200 annonceurs fin 2007 et 10,9 millions de chiffre d’affaires sur la publicité sur Internet.

Source : JDNet

130 millions d’appels en moins pour les renseignements téléphoniques en 2007

15 février 2008 | Business, Critique, Dans la presse | Commentaires fermés sur 130 millions d’appels en moins pour les renseignements téléphoniques en 2007

Ce n’est pas faute de nous avoir martelé avec leurs pubs et pourtant… Les numéros de renseignements téléphoniques en 118, apparus fin 2005, reçoivent environ deux fois moins d’appels par rapport à 2004, dernière année complète de monopole du 12.

«Le marché est de l’ordre de 140 millions d’appels par an, soit 130 millions de moins qu’en 2004», selon le directeur général de PagesJaunes, Michel Datchary, qui estime la part de marché de son numéro (le 118 008) à 11%.

Datchary a obtenu ce chiffre en extrapolant à partir de ceux publiés par l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) pour les neuf premiers mois de 2007.

En 2007 (par rapport à 2006), «le marché a continué à décroître en volume mais pas en valeur, puisque ça ne coûte pas tout à fait la même chose d’appeler un 118 que le 12». La baisse de volume «assez comparable à ce qui été constaté dans les pays étrangers» ayant ouvert à la concurrence leurs renseignements téléphoniques.

En juillet dernier, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir avait démontré dans une enquête une hausse de 25% des tarifs des 118 depuis la disparition du 12 en avril 2006.

Source : Libération

Le terme « pages jaunes » appartient au domaine public

11 février 2008 | Business, Critique, Dans la presse | Commentaires fermés sur Le terme « pages jaunes » appartient au domaine public

Volonté monopolistique d’un côté et usurpations de marque de l’autre, le combat pourrait sembler être d’arrière-garde vu le cap vers la désuétude que suivent les annuaires papier, si on parlait pas en fait de l’URL www.pagesjaunes.com, jouant sur la confusion avec le site www.pagesjaunes.fr des PagesJaunes, les vraies ce coup-ci.

Pages JaunesVaut-il mieux berner les utilisateurs avec des sites-plagiats et des URL trompeuses ou se résigner à une concurrence moribondes face au 1er annuairiste français ?

Soyons francs, les annuaires bidons comme ceux mis en place par Xentral, sociétés éditant tantôt sous la dénomination « Annuaire Universel« , « 118 012 » – pour les renseignements téléphoniques – ou ici pagesjaunes.com, non seulement ne fournissent aucun service différenciant aux utilisateurs, mais on l’aura bien compris, bâtissent leur médiocre business sur la méprise, la collusion, la tromperie du public, en utilisant des marques et des termes du langage courant et du vocabulaire des renseignements.

Personnellement (et ALLO118 n’a pas d’actions ;)) je préfère voir un PagesJaunes.fr tacher de tenir face au vrai concurrent, Google, plutôt que d’invoquer le droit Européen pour des micro-annuaires bidons sans cesse à la limite de l’escroquerie.

L’article

Le groupe PagesJaunes SA, ancienne filiale de France Telecom cédée en 2006, n’est pas propriétaire des termes « pages » et « jaunes ». Une lutte juridique, entamée en 2006, oppose la société PagesJaunes SA et les sociétés Xentral/l’Annuaire Universel, qui exploitent le site Pagesjaunes.com.

Dans un communiqué daté du 8 février 2008, Xentral rappelle que le Tribunal de première instance des communautés européennes (TPCE) a statué, le 13 décembre dernier. Le TPCE « ne trouve pas illicite toute utilisation par des tiers de la dénomination pages jaunes pour désigner des annuaires professionnels ».

En revanche, le TPCE reconnaît, depuis février 2005, le droit de propriété de PagesJaunes SA sur ses marques semi-figuratives, c’est-à-dire ses logos. Par contre, il ne lui a jamais accordé de droit de propriété sur les termes « pages jaunes ». En mars 2006, le TPCE avait considéré la marque allemande « Weisse Seiten » (pages blanches) comme descriptive. Elle ne peut donc pas faire l’objet d’une marque communautaire.

Pour la Xentral, les opérateurs historiques de chaque pays conservent un avantage concurrentiel de par les marques « Pages jaunes » et leurs versions dans d’autres langues, déposées quand ils étaient en situation de monopole. Selon la Xentral, les termes « pages jaunes » ont été utilisés pour la première fois en France pour désigner un annuaire professionnel édité par la société « Bottin » en 1886. La firme souhaite donc que les décisions concernant ces termes et leurs traductions dans tous les pays européens soient traitées de la même manière. Elle se prépare à saisir la Commission européenne pour ce motif.

Source : NetEco

Le Bottin tombe dans l’escarcelle de PUBLIGroup

20 novembre 2007 | Allô Bottin, Annonces, Business | Commentaires fermés sur Le Bottin tombe dans l’escarcelle de PUBLIGroup

Finalement, quelques mois après avoir racheté le Bottin, le groupe Bégécom est lui-même repris par PubliGroupe avec Amitel. Fusion et agglomération d’annuaires locaux et régionaux. Les petits groupes feront-ils les gros ?

Communiqué du 15.11.2007, Lausanne : PubliGroupe développe ses activités en France dans le secteur des annuaires/Pages Jaunes locaux.

PUBLIGroupPubliGroupe acquiert 100% du capital des sociétés françaises Bégécom, basée à Nîmes, et Annuaires Téléphoniques de Bretagne (ATB), basée à Lorient, qui éditent des annuaires téléphoniques/Pages Jaunes à Lyon et dans 13 autres agglomérations situées dans le sud-est, le midi et l’ouest de la France. Le groupe Bégécom/ATB réalise un chiffre d’affaires annuel de EUR 6 millions et emploie 60 personnes.

BegecomL’acquisition de Bégécom/ATB permet de doubler la dimension du secteur d’activités Search & Find de PubliGroupe sur le marché français, où il est présent depuis 1997 au travers de sa société Amitel qui édite 29 annuaires locaux dans l’est de la France et réalise un chiffre d’affaires de EUR 6.1 millions. Les produits de Bégécom/ATB offrent une parfaite complémentarité géographique avec ceux d’Amitel, sous l’impulsion de laquelle les produits « Search & Find » online pourront désormais être développés à une plus grande échelle. La réunion de Bégécom/ATB et d’Amitel, deux groupes très solides et en croissance, donne naissance à un acteur important sur le marché français.

Source : communiqué PUBLIGroupe

Informations complémentaires :

PubliGroupe est un groupe international leader de marketing, de vente et de services pour les médias et les annonceurs, qui a été fondé en 1890. Aujourd’hui, PubliGroupe est actif dans les domaines des directories, de la presse, d’Internet, de la télévision, du cinéma, de la radio et de la téléphonie mobile.

Google Apps et Google Docs : la stratégie pour le marché des entreprises

3 octobre 2007 | Alternatives, Bases de données, Business, Dans la presse, Intelligence économique | Commentaires fermés sur Google Apps et Google Docs : la stratégie pour le marché des entreprises

Google élargit son offre pour les entreprises

Sur le marché des entreprises avec ses Appliances et solutions Grands Comptes, Google vise on le sait depuis quelques temps les PME via notamment un annuaire Google Local ainsi qu’un ensemble d’applications en ligne : Google Apps.

Google Apps et Google Docs : la stratégie pour le marché des entreprises

MOUNTAIN VIEW (Reuters) – Google a amélioré son service de gestion de messagerie électronique en ligne, intégré à son panel d’applications en ligne Google Apps, afin de séduire plus d’entreprises et de plus grosse taille.

Le leader des moteurs de recherche sur internet et de la publicité en ligne a intégré à son offre existante un système de contrôle des messages électroniques et une protection contre les messages indésirables, le spam, le tout sans surcoût pour sa clientèle.

Cette nouvelle offre dérive directement de l’acquisition du fournisseur de services e-mail Postini, que Google a fermé il y a trois semaines.

Les entreprises clientes paient actuellement un abonnement de 50 dollars par mois et par salarié pour une suite de logiciels et de services en ligne de Google Apps. Elles pourront désormais profiter de 25 Go d’espace de stockage à distance supplémentaire, sans coût additionnel.

En proposant sa messagerie électronique sous forme d’un service en ligne, Google est en mesure d’offrir des capacités de stockage à moindre coût.

« Cela revient virtuellement à bénéficier d’un stockage illimité (d’e-mails) pour les utilisateurs professionnels. C’est difficile à reproduire avec un modèle de type Microsoft Exchange pour lequel le logiciel est installé en local« , a affirmé Matthew Glotzbach, chef de projet pour Google Enterprise, la division responsable des activités Google Apps.

Pour Tom Austin, analyste chez Gartner, les grosses sociétés commencent néanmoins à peine à envisager de recourir à des offres telles que Google Apps au lieu des plates-formes traditionnelles proposées par Microsoft, IBM, Novell, Oracle ou SAP.

« Je crois que nous sommes au début d’un cycle de 10 ans« , estime l’analyste spécialisé en conseil et stratégies pour les systèmes complexes de logiciels collaboratifs.

Depuis le lancement de Google Apps, la société californienne revendique l’adhésion de centaine de milliers d’entreprises, généralement de petites entreprises qui ne voulaient pas administrer des systèmes complexes.

Des représentants de Google ont déclaré que la société enregistrait jusqu’à 1.500 nouveaux clients entreprises quotidiennement et que des milliers d’organismes éducatifs recourraient aujourd’hui à Google Apps.

Glotzbach a précisé que Google avait entamé des procédures pilotes pour son service de messagerie électronique avec des dizaines d’entreprises appartenant au classement des 1000 premières entreprises américaines établi par le magazine Fortune.

Source : Le Monde

Autres articles sur le même sujet :

L’annuaire Bottin est vendu

7 septembre 2007 | 118 007, Allô Bottin, Annonces, Articles ALLO118, Business | Commentaires fermés sur L’annuaire Bottin est vendu

L'annuaire Bottin est revenduC’est le Groupe Begecom, éditeur d’annuaires téléphoniques depuis 1992 à destination des particuliers et des professionnels, qui a racheté cet été le plus que bi-centenaire « Bottin ».

Bégécom est présent dans plusieurs régions de France avec 13 éditions. Avec le rachat de Bottin on peut penser que cet annuaire papier mineur, invisible à côté des PagesJaunes, compte renforcer sa présence nationale grâce aux annuaires Bottin dont le nom célèbre aura brûlé pas mal de mains – et de cash – ces dernières années. A l’heure où Internet remplace de plus en plus ce mode de référencement d’un autre temps, Begecom a peut-être le projet de faire revivre le site Bottin.fr tombé aux oubliettes.

Orienté B2C, le groupe Begecom annonce mettre en relation 10000 clients professionnels auprès des particuliers.

Bottin, Planfax et les 118

En 2005, le Bottin avait fusionné avec le cartographe Planfax pour donner naissance à un groupe ambitionnant de concurrencer PagesJaunes et sa division cartographique Mappy, avec certes de tout autres moyens. En partenariat avec Belgacom, l’opérateur historique Belge, ils avaient alors lancé Allô Bottin, Joint Venture opérant le 118 007 ainsi que d’autres numéros moins médiatisés, (118 612, 118 999). A l’époque Allô Bottin annonçait tabler sur 10 à 15% de parts de marché en se jetant avec des moyens réduits et Michel Leeb dans la bataille publicitaire-assommoir où Le Numéro, PagesJaunes et Telegate devaient diffuser des dizaines de millions d’euros…

L’heure des comptes

Le nouveau département issu de Planfax, Bottin Cartographes avait été isolé du groupe début 2007 et revendu à temps sous le même nom tandis que le numéro de renseignements 118 007 (Allô Bottin) était cédé à PagesJaunes. Depuis de longs mois, les annuaires papier, déficitaires, étaient en vente pour solde de tout compte.

Annuaire historique, Le Bottin, premier annuaire en France, a été créé en 1797. Annuaire Professionnel (B2B) puis annuaire en ligne, avant de redevenir papier en intégrant l’Annuaire Soleil en 2003, Bottin Annuaires avait été revendu à de nombreuses reprises ces dernières années, notamment par le groupe Didot-Bottin puis la Coface pour ne citer qu’eux.

L’Annuaire universel à l’assaut de PagesJaunes.fr

14 juin 2007 | 118 012, Business, Dans la presse, L'Annuaire Universel, Les Services | 1 commentaire

L'Annuaire Universel - 118 012Un long exercice de paraphrase article que signe Gilles Musi dans la rubrique High Tech de L’Expansion sur l’arrivée prochaine du 118012.fr parmi le top 10 des sites visités en France pour l’hiver. Attention à ne pas confondre les annuaires universels…

Lancé en septembre 2006, L’Annuaire universel 118 012 veut aligner la recherche de renseignements téléphoniques sur la simplicité et la fiabilité de Googe. Les premiers résultats paraissent encourageants.

Pour qui veut retrouver les coordonnées (adresse, téléphone, accès) d’un professionnel ou particulier sur Internet, le site des PagesJaunes reste encore incontournable. Mais son fonctionnement laborieux a parfois de quoi énerver les internautes. « La consultation de l’annuaire téléphonique est devenue totalement archaïque. Les grilles à remplir ? On se fait jeter si les cases sont mal renseignées ! », fulmine Guy Birenbaum qui, à la tête de L’Annuaire Universel 118 012, voudrait bien bousculer non seulement PagesJaunes.fr, mais également ses concurrents de la famille du 118.

Au cœur du 118 012, il y a son moteur. Sorte de Google du téléphone, il propose de trouver ce que vous cherchez en un seul clic. Exemple : sur la seule et unique case à remplir, vous entrez « médecin Versailles Paris », et le système remonte la liste des médecins généralistes et spécialistes situés avenue de Versailles à Paris, puis ceux localisés avenue de Paris à Versailles. C’est efficace, simple, et gratuit sur Internet. Les recherches effectuées depuis un mobile restant, elles, payantes.

« Cela fait quinze ans que nous y travaillons. Ce projet fait appel à notre expérience en matière de bases de données. A l’origine, le moteur que je recherchais pour ce service n’existait pas. Nous en avons donc créé un pour nos propres besoins en y apportant quelques innovations puis, à l’occasion de l’attribution par l’Arcep des numéros 118, nous avons décidé de le développer pour le grand public. La version 1 a ainsi été mise en ligne en octobre 2006 », explique Guy Birenbaum. Un mois plus tard, à l’occasion d’une enquête TNS-Sofres réalisée pour le compte de l’Arcep et portant sur la qualité des services de renseignements téléphoniques accessibles par les 118, L’Annuaire Universel arrivait en tête avec un taux d’exactitude des renseignements fournis de 91% ! Le problème, c’est que la qualité des réponses du 118 012 ne dépend pas que de lui.

Selon la réglementation en vigueur, tous les opérateurs fixes et mobiles qui attribuent des numéros de téléphone ont l’obligation de fournir aux opérateurs d’annuaires leurs fichiers de numéros, à l’exception de ceux en liste rouge. De surcroît, ces transferts doivent être réalisés à des conditions techniques et financières soumises aux textes réglementaires. Dans la pratique, les choses sont pourtant différentes, constate Guy Birenbaum : « Il y en a qui traînent les pieds. Et, financièrement, certains cherchent à faire des bénéfices, ce que la réglementation interdit. Le câblo-opérateur Noos constitue le pire des exemples. Les sommes qu’ils nous demandent sont totalement aberrantes. Cela va se régler comme d’habitude à coup de procès », estime le patron du 118012. Moyennant quoi, la grande majorité des numéros fixes (98 à 99%) attribués par les opérateurs sont déjà dans l’Annuaire Universel. Côté mobiles, la situation est encore plus difficile puisque par défaut, les abonnés sont en liste rouge. Tout cela se règle très lentement. Car comme le reconnaît Guy Birenbaum : « Sur plus de 20 millions d’abonnés chez Orange, 10.000 apparaissent pour l’instant dans L’Annuaire Universel ».

Quant au modèle économique, c’est celui de PagesJaunes. S’agissant des professionnels, l’achat d’un module de publicité leur permet d’apparaître avant ceux qui n’ont pas choisi cette option. Par ailleurs, certains mots-clés sont commercialisés (location de voitures, fuite d’eau,…) voire même vendus aux enchères. « On travaille beaucoup sur les aspects recherche contextuelle. Les mots-clés peuvent être liés à l’activité (déménagement, par exemple), une zone de chalandise ou de l’évènementiel. Pour un mot-clé, les tarifs vont de quelques centaines à quelques milliers d’euros », précise Guy Birenbaum.

A la mi-avril, 1,2 million d’internautes auraient intégré le 118 012 à leurs favoris affirme le patron du moteur en se basant sur le nombre de clics enregistré par le bouton proposant cette option. Or le site n’a pas encore dépensé le moindre centime d’euros en communication. « Le trafic commence à être très important. Nous devrions apparaître dans le groupe des dix premiers sites Internet français d’ici 6 à 8 mois, pronostique Guy Birenbaum. En 2008, nous attaquons l’international ».

Source : L’Expansion

PagesJaunes cède Kompass à Coface

20 mars 2007 | Annonces, Bases de données, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur PagesJaunes cède Kompass à Coface

PagesjaunesPAGESJAUNES : Cession de Kompass France et Kompass Belgium.

PagesJaunes a cédé le 14 mars ses filiales Kompass France et Kompass Belgium à Coface. Coface détient la société Kompass International, propriétaire de la marque Kompass qui est exploitée par Kompass France en France et en Espagne, et par Kompass Belgium en Belgique et au Luxembourg.

Kompass France et Kompass Belgium, ayant représenté une contribution au chiffre d’affaires consolidé de 31,4 millions d’euros en 2006, sortiront du périmètre de consolidation à compter du 1er mars 2007. Cette cession ne devrait pas avoir d’impact significatif sur la marge brute opérationnelle du groupe en 2007.

A cette occasion, Michel Datchary, Directeur général de PagesJaunes Groupe a déclaré : « L’adossement des sociétés Kompass France et Kompass Belgium à Kompass International, propriétaire de la marque Kompass, devrait leur permettre de bénéficier de synergies. Pour PagesJaunes Groupe le produit de la cession apportera une flexibilité supplémentaire au Groupe pour exécuter sa stratégie de croissance sur internet, en France et en Espagne« .

En savoir plus

Activités de la société

PagesJaunes Groupe, filiale de France Télécom, est en France le 1er éditeur d’annuaires imprimés (l’annuaire PagesJaunes et l’Annuaire) et d’annuaires en ligne (pagesjaunes.fr, PagesJaunes 3611) destinés au grand public, et prend en charge leur distribution et la vente des espaces publicitaires qu’ils contiennent. PagesJaunes Groupe assure également une activité de création et d’hébergement de sites Internet, l’édition des annuaires BtoB PagesPro, l’édition de l’annuaire inversé QuiDonc et la régie publicitaire en France de l’annuaire européen BtoB Europages.

PagesJaunes Groupe édite également des annuaires grand public hors de France – en Espagne, au Liban et au Luxembourg -, les annuaires Kompass (base de données sur les entreprises) en France, en Espagne, en Belgique et au Luxembourg, et offre des services complémentaires tels que les services géographiques de Mappy ou dans le domaine du marketing direct, la commercialisation de fichiers et le traitement de bases de données marketing de Wanadoo Data.

Avec plus de 600 000 annonceurs en France en 2005, PagesJaunes Groupe est la deuxième
entreprise française par le chiffre d’affaires publicitaire.

En 2006, Mediannuaire, société contrôlée par le fonds KKR et Goldman Sachs Capital Partners a racheté les parts de France Télécom dans Pages Jaunes et fait un offre publique d’achat. Au final, Mediannuaire détient 55,11% du capital du groupe.

Forces & faiblesses de la valeur

Les points forts de la valeur

  • Le groupe envisage de distribuer l’intégralité du résultat net au titre de l’exercice 2006.
  • Le groupe réalise une croissance très dynamique de l’activité et des résultats pour le métier a priori mature de l’édition d’annuaires imprimés grâce à ses diversifications sur les services en ligne et à l’international.
  • Le groupe bénéficie en France d’une très forte renommée et d’une importante force de vente face à une concurrence très fragmentée.

Les points faibles de la valeur

  • Le groupe doit poursuivre ses efforts afin de réduire les pertes de sa filiale espagnole en redressement QDQ Media. Le groupe vise l’équilibre opérationnel de sa filiale fin 2006.
  • On dénombre peu de cibles stratégiquement intéressantes pour de la croissance externe en Europe.
  • Les moteurs de recherche pourraient venir concurrencer PagesJaunes sur le segment des annuaires.
  • Début 2007, le titre est survalorisé, selon les analystes, par rapport aux comparables du secteur.

Source : Boursorama

P. 1 / 101234510Fin »
Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)