Services de renseignements 118-XYZ : 9% des appels

15 février 2006 | Baromètre 118 | Commentaires fermés sur Services de renseignements 118-XYZ : 9% des appels

Communiqué de presse de l’ARCEP

ARCEPL’Autorité suit le rythme de basculement des appels des anciens numéros de services de renseignements aux nouveaux numéros 118XYZ : en novembre-décembre 2005, les numéros 118XYZ ont reçu 9% des appels vers l’ensemble des services de renseignements.

L’introduction des nouveaux numéros 118XYZ est accompagnée d’une phase transitoire de cinq mois, entre le 2 novembre 2005 et le 3 avril 2006, durant laquelle les anciens numéros de services de renseignements continuent de fonctionner. Le 3 avril 2006, tous les anciens numéros cesseront de fournir des renseignements téléphoniques et un message sera diffusé sur ces numéros indiquant le nouveau format de numérotation à utiliser.

Dans le cadre du suivi de cette transition, l’Autorité a collecté les chiffres concernant les volumes d’appels vers les anciens et les nouveaux services de renseignements :

Sur les deux mois de novembre et décembre 2005, les nouveaux numéros 118XYZ ont reçu 9,02% des appels vers les services de renseignements, tandis que les anciens numéros (12, 222, 3200, 3211, 3912, 612 et 712) en ont reçu 90,98%. Environ 37,5 millions d’appels ont été passés vers tous les services de renseignements sur cette période de deux mois.

Ces chiffres montrent les premiers effets des campagnes de communication sur le nouveau format de numérotation lancé le 2 novembre 2005. L’Autorité publiera en mars prochain l’évolution de ces chiffres pour le bimestre janvier-février 2006.

Source : communiqué de l’ARCEP

Liens vers des ressources reprenant le communiqué :

118 : dossier test et comparaison dans Mobiles Mag…

8 février 2006 | 118 008, 118 218, 118 710, 118 711, Baromètre 118, Dans la presse, France Telecom, Le Numéro, Les acteurs du 118, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur 118 : dossier test et comparaison dans Mobiles Mag…

Vous commencez à le savoir : jusqu’à présent, pour obtenir un renseignement téléphonique il suffisait de composer le 12. Depuis l’ouverture à la concurrence du marché des renseignements, les 118 XYZ se multiplient. Mobiles Magazine surfe sur la vague et lance un dossier comparatif très détaillé sur les 118.

Mobile Mag a mis en place un banc d’essai pour mesurer en test réel les services et les coûts des 118, intégrant des critères tels que temps d’attente, qualité de l’accueil, pertinence des réponses, etc.

En attendant de découvrir l’intégralité des résultats dans le dossier du n° 91 de Février 2006 de Mobiles Mag, quelques élements de choix rapportés par nos confrères de cet excellent mensuel :

  • le moins cher depuis un mobile : le 118 711 de France Telecom.
  • le moins cher et le plus complet depuis un fixe : le 118 218 de « Le Numéro ».
  • le meilleur rapport qualité prix : le 118 008 des Pages Jaunes.
  • le numéro à éviter : le 118 710 de France Télécom

Le pourquoi du comment et plus encore sur Mobiles Mag n° 91 de Février 2006 en kiosque actuellement.

Source : Budgetelecom.com

Annuaire universel : L’ARCEP publie son tableau de bord mensuel

7 février 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | Commentaires fermés sur Annuaire universel : L’ARCEP publie son tableau de bord mensuel

Annuaire universel – 6 février : légère progression des inscriptions pour les abonnés mobiles mais le taux d’inscrits reste toujours marginal atteignant à peine 1,2%.

La deuxième édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux à fin janvier 2006 de la mise en place de cet annuaire.

Tableau de bord de l’annuaire universel – 6 février 2006

Rappel

La création de cet Observatoire a été décidée par l’ARCEP, à l’automne 2005, eu égard au retard alors constaté dans la mise en place de l’annuaire universel et au caractère très incomplet de certaines de ses composantes.

Or, il convient de rappeler que :

  • tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement ;
  • les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettrent en mesure de les exercer ;
  • les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Le tableau de bord de l’annuaire universel présente, pour un ensemble d’opérateurs(1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

Cette deuxième édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux à fin janvier 2006.

Les résultats constatés

Tableau de bord de l’annuaire universel - 6 février 2006

Les évolutions constatées au mois de janvier font apparaître quelques progrès du point de vue :

  • de l’état de mise à disposition de ces listes par les opérateurs auprès des éditeurs
  • et du nombre de numéros figurant sur les listes d’abonnés.

Toutefois, ces évolutions ne modifient pas encore sensiblement le tableau d’ensemble.

En matière de cession de liste

On relèvera que ne figurent plus, parmi les acteurs interrogés, d’opérateurs ne disposant pas d’une offre destinée aux éditeurs.

Toutefois, le nombre de listes effectivement cédées à des éditeurs n’a pas sensiblement augmenté et la plupart des opérateurs n’ont à ce jour pas encore cédé leurs listes d’abonnés, ou ont limité la cession à seulement un ou deux éditeurs ou fournisseur de services de renseignements.

En matière de taux d’inscription au sein des listes

Une légère progression est enregistrée pour les abonnés à la téléphonie mobile, mais le taux d’inscrit reste toujours très marginal, atteignant à peine 1,2% (1,0% un mois auparavant). Il est en outre remarquable que cette faible proportion moyenne de numéros inscrits recouvre des situations très contrastées entre opérateurs. Ainsi, le nombre de numéros inscrits sur la liste d’abonnés fournie par SFR (plus de 500.000) est très nettement supérieur à celui correspondant aux listes des deux autres principaux opérateurs mobile, Bouygues Telecom et Orange France, pour lesquels le nombre d’inscrits n’atteint pas 20.000.

Par comparaison, le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie fixe dépasse 70 % – dans un contexte réglementaire au demeurant différent.

Annexes

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

(1) Il s’agit d’opérateurs attributaires de numéros et qui affectent aux abonnés tout ou partie de ces numéros, directement ou par l’intermédiaire d’un distributeur. Certaines évolutions ultérieures du format du tableau de bord sont envisageables, notamment son extension à d’autres acteurs.

Tableau de bord [PDF]

Source : ARCEP (communiqué en ligne)

Les nouveaux renseignements téléphoniques au banc d’essai

1 février 2006 | 118 000, 118 001, 118 007, 118 075, 118 318, 118 710, 118 711, 118 713, Allô Bottin, Baromètre 118, Critique, Dans la presse, France Telecom, Intra Call Center, Le Numéro, Telegate France | Commentaires fermés sur Les nouveaux renseignements téléphoniques au banc d’essai

Test des numéros 118 : cette fois-ci c’est Le Monde qui relate de nouveaux essais toujours aussi peu encourageants, soulignant une offre désordonnée et des coûts de communication élevés.

Six chiffres à la place du 12 : dès le 3 avril, les numéros d’appel des renseignements téléphoniques commenceront par 118.La plupart fonctionnent déjà. Huit opérateurs, français ou étrangers, ont acquitté un droit d’entrée de 40 000 euros annuels par numéro pour investir ce marché de 270 millions d’appels par an.

Les services du 118 utilisent les bases de données de l’ensemble des opérateurs de téléphonie fixe ou mobile, notamment celle de France Télécom. Ils y ajoutent les informations supplémentaires qu’ils proposent (localisation des stations de métro, cinémas, pharmacies de garde…). Les services annexes (mise en relation avec le correspondant, annuaire inversé, renseignements internationaux) sont inclus dans le prix de l’appel ou taxés en supplément.

A chacun de ces services, nous avons posé la même question, à partir d’un téléphone fixe :  » Quelle est la station-service la plus proche du Monde, boulevard Blanqui dans le 13 e arrondissement de Paris, ouverte le soir ? » Un seul a été capable de nous indiquer cette station Esso qui existe réellement mais ne figure ni dans les annuaires France Télécom ni dans les Pages jaunes. Les autres nous ont communiqué plusieurs adresses dans le quartier, plus rarement les horaires d’ouverture.

Au 12, un agent nous a donné deux adresses en 54 secondes, pour 90 centimes. Au 118 000 (société allemande SAS Telegate), l’opératrice n’a d’abord trouvé qu’une seule station ; puis, au bout de 4 min 48, elle en a ajouté neuf, le tout pour 3,84 euros. L’opératrice du 118 001 (Intra Call Center, société Fonecta) nous a donné trois stations Total. Pour obtenir plus, il faut rappeler, le nombre de renseignements étant limité à trois pour 1,12 euro. « Nous sommes une entreprise, et nous devons facturer de nombreux appels« , précise-t-elle, en se laissant soutirer une seule adresse Esso, alors qu’il y en plusieurs dans l’arrondissement.

En fait, les opérateurs ont mis en place trois systèmes de tarification. Lorsque la communication est facturée à la minute, le nombre de renseignements n’est pas restreint car cela permet de prolonger la communication. Quand le montant de l’appel est forfaitaire, le nombre de renseignements est limité. La plupart pratiquent une tarification « mixte » : après la première minute, la communication est décomptée à la seconde, ou par paliers de 7 secondes (au 118 000, SAS Telegate), ou de 30 secondes (au 118 007, Allô Bottin).

TEMPS DE RÉPONSE VARIÉS

Un même opérateur peut appliquer des tarifs différents sur ses divers numéros. C’est le cas de la société Le Numéro (filiale du britannique The Number), qui truste sept indicatifs. Chacun d’eux peut fournir les horaires d’ouverture des stations-service. Le temps de réponse a varié de 1 min 40 pour quatre adresses, à 1 min 51 pour… deux adresses. Seul le 118 075, dont la base de données a été réalisé en partenariat avec le quotidien Le Parisien, a réussi à indiquer la station-service du boulevard Blanqui en 2 min 24, pour 1,34 euro (1,12 euro l’appel + 11 centimes la minute, décomptée dès la première seconde).

La célérité des téléopérateurs, pour la plupart délocalisés en province ou à l’étranger, dépend de leur habileté à interroger les bases de données ; par exemple penser à consulter la rubrique « mairie » si on leur demande le numéro d’une déchetterie ou d’une piscine municipale. Dans ce domaine, France Télécom possède une avance certaine.

Parmi les services annexes, la mise en relation avec le numéro demandé est gratuite, excepté pour le 118 711 de France Télécom, qui facture 15 centimes. En revanche, il faut se montrer vigilant sur le coût de la communication après la mise en relation, facturée 22 centimes la minute par Telegate au 118 000 et 34 centimes la minute par Le Numéro au 118 318.

Les tarifs sont plus élevés à partir d’un téléphone mobile que d’un téléphone fixe. En effet, le prix comprend trois composantes : le forfait de base (de 99 centimes à 1,12 euro par appel), auquel s’ajoute un montant à la minute (de 15 à 34 centimes), ainsi que le coût d’une communication mobile déductible du forfait.

Enfin, deux numéros offrent un service minimal, au tarif de 56 centimes l’appel. Entièrement automatisé, le 118 710 (France Télécom) oblige à un pénible jeu de questions-réponses : « Avez-vous dit Paris ? répondez par oui ou non. » A l’énoncé du mot « station-service« , il faudra à l’automate trois questions pour cibler la requête : « Avez-vous dit stations de radio ? Agence du CIC ? Station-service ? » Les cinq réponses concernent exclusivement des stations Total, et le robot affirme qu' »il n’y a pas d’autre station-service dans le 13 e arrondissement« . Seule consolation, la communication ne vous sera pas facturée si vous n’avez pas obtenu votre renseignement. Au 118 713 (Le Numéro), les opératrices ont visiblement reçu une formation minimale. La nôtre, après avoir annoncé qu’il n’y a aucune station-service ouverte le soir, a fini par trouver sept adresses en 4 min 44.

Cette offre désordonnée risque d’entraîner un ajustement progressif du marché, comme en Grande-Bretagne, où deux opérateurs (The Number et British Telecom) trustent désormais 80 % des appels.

Source : Le Monde

Exprimez-votre opinion sur les forums de discussion ALLO 118 !
Votez-pour votre numéro 118

Baromètre IPSOS : Les Pages Jaunes 118 008

27 janvier 2006 | 118 008, Baromètre 118, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Baromètre IPSOS : Les Pages Jaunes 118 008

Pages Jaunes: « 118 008 » – 27 janvier 2006

L’Ipsos revient sur l’impact de la campagne publicitaire des Pages Jaunes.

118 008Le remplacement du 12 par le 118… nous promet une magnifique bataille de communication à la fois car les opportunités de business sont aujourd’hui trop rares pour être délaissées mais surtout parce que son modèle économique ouvre à de nombreux postulants : pas d’investissements industriels lourds, pas de techno sophistiquée, tout repose sur une plate-forme de télé conseillés…et sur de la publicité !. La capacité à créer chez les consommateurs un numéro REFLEXE est l’enjeu n°1 et la publicité en est le driver principal. Qui sera le grand vainqueur sachant que sur les 27 acteurs seuls 4 ou 5 seront élus… la réponse dans quelques mois et après de nombreux spots !

Ipsos, Baromètre Affichage
Base : Ensemble
Score de reconnaissance Score d’agrément
PAGES JAUNES 62 % 63 %
Standard: services – nouvelles de niveau 1

BM 0.59 M€

42 51

Le Baromètre Affichage d’Ipsos (depuis 1977) est un produit d’étude barométrique – l’enquête se déroule toujours suivant une méthodologie standardisée et spécifique à ce média qui permet de mesurer l’efficacité des campagnes d’affichage, en termes d’impact, d’agrément et d’incitation à l’achat.

A chaque vague d’enquête, l’échantillon est constitué de 300 personnes âgées de 15 à 60 ans. Le recueil se fait On line. Le bilan est toujours réalisé à la fin de l’action publicitaire.

Score de reconnaissance : pourcentage d’interviewés déclarant avoir vu une affiche dont les références à la marque ont été masquées.
Score d’attribution : pourcentage d’interviewés attribuant la marque correcte à l’affiche.
Ratio attribution-reconnaissance : pourcentages d’interviewés qui reconnaissent le visuel et l’attribuent correctement à la marque.
Score d’agrément : pourcentage d’interviewés déclarant aimer l’affiche.

Source : IPSOS

Sondage SOFRES : 80% des Français connaissent au moins un numéro « 118 »

18 janvier 2006 | 118 000, 118 008, 118 218, Baromètre 118, Critique, Dans la presse, Les acteurs du 118, Les consommateurs | Commentaires fermés sur Sondage SOFRES : 80% des Français connaissent au moins un numéro « 118 »

Trois acteurs se distinguent

Le marché français des services de renseignements téléphoniques s’est ouvert à la concurrence en novembre dernier. De nouveaux acteurs ont lancé leur activité à grands renforts d’investissements publicitaires. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le département Télécoms de TNS Sofres a souhaité dresser un état des lieux un mois après cette déréglementation. Quels sont les usages en matière d’appels des Français ? Quelle est la notoriété des acteurs du « 118 » ? Quel est le niveau d’information des Français sur les nouveaux numéros « 118 » ?

Un niveau de connaissance sur les numéros « 118 » très élevé

80% des Français connaissent au moins un numéro commençant par « 118 ». Cependant, aucun de ces numéros, pris isolément, n’est encore connu de la moitié des Français : le premier acteur n’étant cité que par 45% des Français.

Pour les Français, 3 acteurs s’imposent déjà. Il s’agit notamment du « 118 218 » ( Le Numéro) qui tire son épingle du jeu. En effet, 45% des Français citent ce numéro, suivi par 31% qui mentionnent le « 118 000 » (Telegate) et 23% le « 118 008 » (Pages Jaunes).

Mais, un besoin d’information des consommateurs encore réel

A la question « avez-vous entendu parler des nouveaux services de renseignements téléphoniques ? », les Français semblent partagés. Si 48% d’entre eux se sentent bien informés sur le sujet, 45% ne se sentent pas assez informés, dont notamment les cadres (66%).

L’usage du « 12 » semble fortement ancré dans les habitudes des Français

La majorité des Français (53%) utilisent encore le 12 , soit sans réfléchir en composant automatiquement le 12 quel que soit le type de téléphone, fixe ou portable, à partir duquel ils émettent l’appel (42%), soit le 12 à partir d’un téléphone fixe et le numéro de leur opérateur mobile (222, 612, 712) à partir de leur téléphone portable, 11%. 38% des Français composent un des nouveaux numéros « 118 ».

Des efforts de pédagogie et de communication encore importants seront nécessaires pour que la disparition définitive du 12 ne se traduise pas par une baisse du volume du marché des renseignements téléphoniques.

A propos de l’étude

1 002 interviews ont été menées du 6 au 8 décembre 2005 par téléphone, auprès d’individus âgés de 15 ans et plus -échantillon représentatif de la population française.

A propos de TNS Sofres

Leader français et référence des études marketing et d’opinion, TNS Sofres est une société du groupe TNS, 2ème acteur mondial du marché et n°1 mondial des études ad hoc. Nous proposons une gamme de prestations d’études, ad hoc ou collectives, autour de 5 spécialités : compréhension des marchés et des consommateurs, marketing de l’offre, gestion de la marque, communication et gestion de la relation client. L’ensemble de ces prestations est réalisé dans 11 secteurs composés d’experts dédiés à certains marchés ou clients. TNS est présent dans 70 pays dans le cadre d’un réseau intégré, et est à même de conduire des études dans plus de 100 pays.

Source : TNS Sofres

Réagir sur les forums de discussion

L’ARCEP publie le tableau de bord de l’annuaire universel

11 janvier 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | 3 commentaires

Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des PostesCommuniqué de L’ARCEP qui publie ce 11 janvier 2006 le tableau de bord de l’annuaire universel. Le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie mobile avoisine 1 % alors qu’il dépasse 70 % pour la téléphonie fixe. L’Autorité annonce par ailleurs qu’elle publiera chaque mois ce tableau de bord.

Tableau de bord de l’annuaire universel – 11 janvier 2006

Présentation du tableau de bord

Ce tableau de bord rend compte de l’état d’avancement de l’annuaire universel.

Sa création a été décidée par l’ARCEP, à l’automne 2005, eu égard au retard constaté dans la mise en place de l’annuaire universel et au caractère très incomplet de certaines de ses composantes.

Rappel :

  • Tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement.
  • Les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettre en mesure de les exercer.
  • Les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Cette première édition du tableau de bord présente, pour un ensemble d’opérateurs (1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

La première édition de ce tableau de bord met en exergue que la plupart des opérateurs n’ont à ce jour pas encore cédé leurs listes d’abonnés, ou en ont limité la cession à seulement un ou deux éditeurs ou fournisseurs de services de renseignement. Elle montre également que les listes de plusieurs opérateurs, notamment mobiles, comportent un très faible nombre d’abonnés, en nombre absolu comme en part relative.

De manière globale, au regard des déclarations des opérateurs, le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie mobile avoisine 1 %, alors que celui figurant sur les listes d’abonnés à la téléphonie fixe dépasse 70 %.

Au-delà des disparités notamment en termes de clientèle et de type de service téléphonique fourni, qui rendent délicates les comparaisons directes entre opérateurs, il reste que le tableau d’ensemble ainsi dressé appelle des améliorations rapides.

Afin de sensibiliser chacun à l’édification rapide d’un annuaire universel de qualité, et d’aider à apprécier les progrès attendus dans les prochains mois, l’Autorité publiera chaque mois ce tableau de bord.

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

(1) Il s’agit d’opérateurs attributaires de numéros et qui affectent aux abonnés tout ou partie de ces numéros, directement ou par l’intermédiaire d’un distributeur. Certaines évolutions ultérieures du format du tableau de bord sont envisageables, notamment son extension à d’autres acteurs.

Source : ARCEP (communiqué en ligne)
Tableau de bord [PDF]
Tableau de bord de l’annuaire universel - 11 janvier 2006

Moins de 5% des Français les ont essayés : les «118» aux abonnés absents

7 décembre 2005 | Baromètre 118, Critique, Dans la presse, Les acteurs du 118, Les consommateurs | Commentaires fermés sur Moins de 5% des Français les ont essayés : les «118» aux abonnés absents

Les «118» aux abonnés absentsDans le Figaro, le flop des nouveaux numéros de renseignements téléphoniques. Un mois après la fin du monopole du 12, moins de 5% des Français ont essayé les nouveaux numéros commençant par 118.

Pour l’instant, cette libéralisation n’est pas franchement un succès. La confusion règne. Une responsable de France Télécom craint même que «comme en Espagne et en Grande-Bretagne, le marché s’effondre parce que les gens ne savent plus où s’adresser». Un comble pour un numéro de renseignements.

Lire la suite

Le 12 n’était pas le meilleur service

3 décembre 2005 | Annonces, Baromètre 118, Critique, Dans la presse | 3 commentaires

L’arrivée des services de renseignements téléphoniques en préfixe 118, disponibles depuis le 2 novembre, chasse l’historique 12 de France Télécom. Et la plupart se targuent d’offrir des services de plus grande efficacité. Mais que valait réellement le service de France Télécom en terme de qualité?

Lire l’article complet sur ZDNet.fr

Spécial ARCEP : enquête de qualité de service menée avant l’ouverture des numéros 118

2 décembre 2005 | Annonces, Baromètre 118, Critique, Dans la presse | 1 commentaire

Les résultats détaillés de l’enquête de qualité de service menée avant l’ouverture des numéros 118 : 98 % des appels passés sont servis avec un taux d’exactitude variant entre 82% et 94% selon les opérateurs.

L’Autorité publie les résultats d’une enquête de qualité menée sur les services de renseignements existants avant le 2 novembre, date de l’ouverture des numéros 118.

Dans le cadre de l’introduction du nouveau format de numéros 118XYZ pour les services de renseignements, l’Autorité avait annoncé son intention de mettre en place un suivi de la qualité de ces services, et de leur évolution. Les enquêtes de suivi de la qualité doivent fournir des indicateurs concernant l’ensemble du marché, ainsi que des indicateurs individuels pour chaque opérateur.

Lire la suite

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)