Le marché des renseignements téléphoniques déchante

7 septembre 2006 | 118 000, 118 218, Baromètre 118, Business, Dans la presse, France Telecom, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Le marché des renseignements téléphoniques déchante

Les dizaines de millions d’euros investis depuis dix mois en communication par les nouveaux 118 pour se faire connaître ne semblent pas déboucher sur les résultats espérés.

Devant la cacophonie ambiante, les Français auraient en effet visiblement tendance à se détourner de leur offre. Le groupe allemand Telegate, propriétaire du 118 000, a ainsi fait état d’une perte de 22 M€, et estime que le marché des renseignements téléphoniques est tombé à 150 millions d’appels par an contre 230 millions en 2005, rapportent « Les Echos ».

Les PagesJaunes avaient elles aussi émis en juillet des réserves sur ses ventes annuelles. Le 118 000 revendique 15% à 20% du marché, contre 40% à 45% pour le 118 218, 20% pour France Télécom, et 10% pour les PagesJaunes.

Source : Toutsurlacom

Annuaire universel : tableau de bord de septembre 2006

7 septembre 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | Commentaires fermés sur Annuaire universel : tableau de bord de septembre 2006

Tableau de bord de l’annuaire universel au 5 septembre 2006.

Ce tableau de bord rend compte de l’état d’avancement de l’annuaire universel.

Or, il convient de rappeler que :

  • tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement ;
  • les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettrent en mesure de les exercer ;
  • les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Le tableau de bord de l’annuaire universel présente, pour un ensemble d’opérateurs(1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

Cette édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux dans la seconde quinzaine de juillet 2006.

Tableau de bord de l’annuaire universel au 5 septembre 2006

Les résultats constatés

Les évolutions constatées au mois d’août traduisent quelques progrès en matière de mise à disposition des listes d’abonnés par les opérateurs auprès des éditeurs et une légère progression du nombre de numéros inscrits dans ces listes.

En matière de cession de liste

La plupart des opérateurs figurant dans le tableau de bord ont désormais cédé leurs listes d’abonnés à trois éditeurs au moins. A l’autre extrême, seul un opérateur ne déclare toujours aucune cession effective.

En matière de taux d’inscription au sein des listes

La proportion d’abonnés inscrits sur les listes des opérateurs de téléphonie mobile, qui passe en août à 1,9 %, ne traduit pas d’évolution globale significative en dépit de légers progrès mentionnés par certains opérateurs. Par comparaison, le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie fixe sur le périmètre des opérateurs considérés se situe au-delà de 70 % dans un contexte réglementaire au demeurant différent.

Annexes

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

Tableau de bord [PDF]

Source : Communiqué de l’ARCEP

Annuaire universel : tableau de bord d’août 2006

4 août 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | Commentaires fermés sur Annuaire universel : tableau de bord d’août 2006

4 août 2006 : L’ARCEP met à jour son tableau de bord de l’annuaire universel.

Ce tableau de bord rend compte de l’état d’avancement de l’annuaire universel.

Or, il convient de rappeler que :

  • tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement ;
  • les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettrent en mesure de les exercer ;
  • les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Le tableau de bord de l’annuaire universel présente, pour un ensemble d’opérateurs(1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

Cette édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux dans la seconde quinzaine de juillet 2006.

Les résultats constatés

Les évolutions constatées au mois de juillet font apparaître de nouveaux progrès en matière de mise à disposition des listes d’abonnés par les opérateurs auprès des éditeurs.

En matière de cession de liste

De façon générale, le nombre de listes effectivement mises à disposition a progressé en juillet. La plupart des opérateurs ont désormais cédé leurs listes d’abonnés à trois éditeurs au moins. A l’autre extrême, seul un opérateur figurant dans le tableau de bord ne déclare toujours aucune cession effective.

En matière de taux d’inscription au sein des listes

En dépit de faibles progrès mentionnés par certains opérateurs, la proportion d’abonnés inscrits sur les listes des opérateurs de téléphonie mobile demeure marginale et ne traduit pas d’évolution globale significative.

Annexes

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

Tableau de bord [PDF]

Source : Communiqué de l’ARCEP

Réagir à ce communiqué sur le forum

Avec trop de numéros en 118, les renseignements ne font plus recette

22 juillet 2006 | 118 000, 118 008, 118 218, Associations, Baromètre 118, Business, Campagnes de Pub, Critique, Dans la presse, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Avec trop de numéros en 118, les renseignements ne font plus recette

Trois mois après la disparition du 12, la profusion des services de renseignements téléphoniques en 118, avec vingt-huit numéros, semble avoir découragé les consommateurs, 30% d’entre eux environ choisissant de ne plus appeler, selon les premières estimations.

PagesJaunes, filiale annuaires de France Télécom, qui s’est lancée dans l’aventure avec le 118 008, a dû réviser à la baisse vendredi ses objectifs financiers pour 2006, se déclarant déçue des performances du secteur.

« Ce marché s’est complètement affaissé à l’ouverture de ces services », a déclaré le directeur général Michel Datchary, évaluant cette baisse « entre 30 et 45% par rapport à l’année de référence, qui est 2004 » (où 270 millions d’appels avaient été comptabilisés), soit de 80 à 120 millions d’appels en moins.

PagesJaunes attendait beaucoup de ce service : alors que le 118 008 n’a représenté que 1% de son chiffre d’affaires au premier semestre, soit 5,2 millions d’euros, il y a consacré « 80% de (ses) investissements publicitaires ».

Tous les pays qui ont libéralisé les renseignements téléphoniques ont connu une baisse de trafic : au Royaume-Uni, la fin du monopole en août 2003 avait entraîné en quelques mois une chute de 45% du nombre d’appels.

Selon M. Datchary, en France « la concurrence en matière d’investissements publicitaires a été beaucoup plus violente et semble avoir eu un effet sur le comportement des Français ».

Selon TNS Media intelligence, fin juin, les 118 avaient dépensé un total de 216,1 M EUR en publicité, soit 12% du budget publicitaire du secteur des télécoms : Le Numéro (118 218) reste en tête avec 69,8 M EUR dépensés, suivi des PagesJaunes avec 45,2 M EUR puis de Telegate (118 000) avec 39,5 €.

D’où une certaine confusion chez les consommateurs, matraqués de campagnes: un sondage TNS Sofres publié début juillet a montré que seuls trois ou quatre numéros ont été mémorisés.

Les personnes interrogées ont plus utilisé les annuaires papier (77%) et internet (50%) pour chercher un numéro, 85% d’entre elles déclarant n’avoir pas eu recours une seule fois aux renseignements téléphoniques lors des deux derniers mois.

« C’est tout à fait logique », ne s’inquiète pas Bruno Massiet du Biest, directeur général du 118 218, qui pense avoir conquis « plus de 40% de part de marché » et être « incontestablement le leader ». « Avant la fermeture du 12 le 3 avril, il y avait déjà une érosion du marché », indique-t-il, et celui-ci aurait perdu depuis « de 25 à 30% d’appels ».

« C’est une tendance historique, parce que les gens utilisent plus internet, mais ce qui ne nous a pas aidé, c’est qu’on n’a pas eu une image très positive dans les médias, qui ont insisté sur la confusion, l’impression que les nouveaux services étaient plus chers et de moins bonne qualité », explique-t-il.

Le président du 118 000, Charles Tonlorenzi, se veut rassurant : « dans la plupart des pays, il y a d’abord eu une phase de baisse, puis une stabilisation et c’est reparti à la hausse ».

Pour l’UFC-Que Choisir, les 118 n’ont que ce qu’ils méritent : « il fallait s’y attendre », réagit Jean-François Poitut, chargé de mission à l’association de défense des consommateurs: « les tarifs sont tellement opaques et globalement plus élevés que le 12 que cela ne pouvait que dissuader les consommateurs ». L’association a « recommandé (aux usagers) la migration vers internet ».

Source : tsr.ch

Qui sont les champions du 118 ?

15 juillet 2006 | 118 000, 118 007, 118 008, 118 218, 118 712, 118 818, Allô Bottin, Baromètre 118, Business, Dans la presse, France Telecom, Groupe Iliad/Free, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Qui sont les champions du 118 ?

Pas moins de 21 services de renseignements téléphoniques en 118 sont désormais disponibles. Mais seuls quelques-uns dominent le marché à grand renfort de publicité… et de procès.

Après 67 ans de bons et loyaux services, le 12 a tiré sa révérence. Le 3 avril 2005 a en effet vu la fin du service historique de renseignements téléphoniques de France Telecom. Estimé à plus de 350 millions d’euros, ce marché a aiguisé l’appétit de nombreux compétiteurs. Certains sont restés sur leur faim.

Une dérégulation résultant de la pression des compétiteurs

Tout remonte à 2002, lorsque plusieurs fournisseurs de renseignements téléphoniques demandent à l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) de remédier à la distorsion de concurrence qui existe entre eux et France Telecom, bénéficiaire de son numéro spécial, le 12. Les autres fournisseurs n’ont alors le droit qu’à un format à quatre chiffres. Pour réparer cette différence et gommer l’empreinte du 12 dans la mémoire collective, l’ART décide donc de supprimer tous les numéros existants au profit de nouvelles combinaisons à six chiffres, débutant par 118, se calquant en cela sur ce qui se fait dans un grand nombre de pays européens.

Les sociétés intéressées ont pu participer au tirage au sort du 11 mai pour l’attribution des numéros, moyennant 40.000 euros chacun dans la limite de dix. A noter que le 118 118 a été retiré de l’offre pour éviter que cela fausse la concurrence avec un numéro très propice à la mémorisation.

Au final, 58 numéros en 118 ont été attribués mais 21 seulement sont actuellement en service.

Quatre numéros dominent le marché

Après quelques imbroglios juridiques, des campagnes publicitaires offensives et à peine quelques mois d’existence, quatre numéros sont sortis du lot dans l’esprit des consommateurs.

Taux de notoriété spontanée* des numéros de renseignements téléphoniques et budget de publicité

(Juillet 2006 – Source : TNS Secodip)

Numéro (Société)
     Taux de notoriété *       Budget publicitaire **
118 218 (Le Numéro) 
  52 %
  54 M€
118 000 (Telegate) 
  25 %
  42 M€
118 712 (France Telecom)
  21 %
  27 M€
118 008 (Pages Jaunes)
  16 %
  31 M€
* Pourcentage des personnes interrogées qui citent spontanément le numéro

** Entre novembre 2005 et avril 2006

Et les positions acquises par les différents compétiteurs ont révélé quelques surprises.

France Telecom, 17ème dans l’ordre de passage au tirage au sort, s’est d’abord fait rafler le 118 012 par la société L’Annuaire Universel qui l’avait déjà contraint par voie de justice à céder les données de son annuaire en 2001. Malgré ce coup dur, l’opérateur historique pensait conserver une position dominante sur le marché. C’était sans compter sur le phénomène Toutouyoutou, orchestré avec brio par Le Numéro, filiale du leader britannique The Number. Ce fournisseur s’est appuyé sur une solide campagne publicitaire et son expérience outre-manche pour s’attaquer au renseignement téléphonique français. Le 118 218 revendique aujourd’hui 40 % de part de marché.

De son côté, le groupe allemand Telegate, également victime du tirage au sort, a choisi de racheter Scoot France en juillet 2005, afin de s’approprier le convoité 118 000.

Enfin, les Pages Jaunes ont réussi à se hisser au quatrième rang en terme de notoriété pour son 118 008, grâce à la légitimité tirée des pagesjaunes.fr, site déjà dédié au renseignement.

Une offensive marketing pour se faire connaître rapidement

Les prestataires sont unanimes : les premiers mois auront été décisifs pour conquérir des parts de marché. D’où un investissement publicitaire global de 170 millions d’euros.

Répartition par média des investissements publicitaires (Source : TNS Media Intelligence)

Et à ce jeu-là, Le Numéro a frappé fort pour promouvoir son 118 218. Pas moins de 54 millions d’euros ont été investis en publicité, dont 20 pour le lancement du numéro. Le tout a permis la création de 17 spots différents mettant en scène le duo de moustachus en tenue d’aérobic évoluant sur le générique de l’émission culte des années 80 « Gym Tonic » de Véronique et Davina. Une solution qui a permis de développer la notoriété tout en évitant l’effet de lassitude.

Une opération audacieuse a également aidé la société à prendre une longueur d’avance sur ses concurrents. Alors que l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) avait interdit toute publicité avant le 2 novembre 2005, Le Numéro a entamé une campagne de « teasing » dès le 15 octobre avec des spots énigmatiques, suscitant la curiosité autour de son concept et attirant près d’un million de visiteurs sur son site Internet avant même la mise en ligne de son numéro.

De son côté, France Telecom, en rappelant que « dans 712 il y a 12 » a également joué avec le règlement en faisant officieusement référence au 12 dans ses publicités, mention formellement interdite par l’Arcep.

Pour les Pages Jaunes, les choses sont plus simples. Le spécialiste du renseignement n’a eu qu’à reprendre la thématique des ses précédentes campagnes de publicité : un ton humoristique et des personnages en combinaison jaune lui ont permis d’être primé lors du festival international du film publicitaire Télécoms et Internet 2006 pour son film télévisé « Le Voisin ».

Le Numéro a réalisé 17 spots publicitaires vantant le 118 218 – © Le Numéro
Les publicités du 118 218  misent sur l'humour

Tous n’ont pas été aussi inspirés. Ainsi, la société Allô Bottin, spécialiste de l’annuaire, avait tiré un très bon numéro, le 118 007, mais n’a pas pu en tirer profit suite au refus de la chaîne de télévision américaine détentrice des droits de James Bond d’utiliser l’image visuelle ou sonore de l’espion. Résultat, son maigre plan media (5 millions d’euros) ne lui a fait bénéficier que de 9 % de taux de notoriété.

Chez France Telecom et Telegate, les débuts ont également été difficiles. Leur message publicitaire a dû être remanié : trop élitiste pour le premier, trop confus pour le second. Un retard qui leur a coûté cher face au 118 218.

Pour sa part, Free a tentée une stratégie audacieuse en attendant le premier avril pour annoncer la gratuité de son service sur le 118 818, à partir d’une ligne France Telecom ou d’une Freebox. Toutefois, son absence de soutient publicitaire se ressent sur son taux de notoriété spontanée, qui se limite à 1 % seulement.

Une guerre juridique sans merci

Nombreuses sont les plaintes à avoir été déposées. En raison de son service annoncé comme gratuit, Allô Bottin a assigné Free, et Iliad sa maison-mère, pour concurrence déloyale, publicité mensongère et violation de l’interdiction de prix abusivement bas.

Le marché des renseignements téléphoniques en chiffres (Source : TNS Media Intelligence)


 
6 chiffres pour les nouveaux formats des numéros de renseignements

  58 numéros attribués
  21 numéros en service
  170 millions d’euros d’investissement total par les différents fournisseurs

  Entre 141.000 à 54 millions d’euros dépensés en budgets publicitaires

Au mois de janvier, c’était Le Numéro qui poursuivait Orange en accusant son service client de favoriser le 118 712 et donc de contrevenir à son obligation de neutralité, affirmation non confirmée par le Tribunal de Commerce de Paris. Autre procédure entamée contre l’opérateur historique : le 118 218 l’accuse de faire de la rétention de données, voire de communiquer des renseignements erronés, alors qu’il est obligé de vendre son annuaire. Telegate s’est également engouffré dans cette voie en attaquant Orange. L’opérateur mobile demanderait des tarifs excessifs pour l’accès au numéro de ses abonnés. En mars, c’est France Telecom qui répondait en faisant condamner Le Numéro pour parasitisme (une des publicités du nouveau fournisseur citait France Telecom, au risque de créer une confusion sur la relation entre les deux fournisseurs).

Des services Web et mobiles pour fidéliser les clients

Un annuaire en ligne pour Le Numéro, un annuaire inversé pour Free, un bottin gourmand pour Allô Bottin… Tous les fournisseurs de renseignements téléphoniques cherchent à élargir leur champ de compétences.

Il faut dire que la concurrence est rude face à l’offre des annuaires papier, du Minitel et surtout des sites Internet gratuits qui séduisent de plus en plus d’utilisateurs. La version Web du service est donc devenue une priorité pour ceux qui ne la proposaient pas avant le passage aux numéros en 118.

Enfin, il apparaît que la moitié des appels du marché provient d’un téléphone mobile. Un phénomène qui incite les prestataires à décliner des services liés à la mobilité : envoi des coordonnées par SMS, horaire des trains, état du trafic etc. Les plus audacieux se tournent vers le contenu touristique : Le Numéro est ainsi en train de faire un premier test avec les guides du Petit Futé pour fournir des renseignements détaillés sur les restaurants où les sites à visiter. Autant de services qui permettront surtout de gonfler la note.

Source : JDNet

Sondage JDN – Les 118 : Le Numéro l’emporte devant Telegate

15 juillet 2006 | 118 000, 118 008, 118 218, 118 712, 118 818, Baromètre 118, Business, Campagnes de Pub, Dans la presse, France Telecom, Groupe Iliad/Free, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Sondage JDN – Les 118 : Le Numéro l’emporte devant Telegate

46 % des lecteurs du Journal du Net déclarent avoir utilisé un numéro en 118 depuis 3 mois. Le premier d’entre eux est le 118.218.

Trois mois après la disparition du numéro de renseignement téléphonique unique, le 12, les nouveaux numéros dont le préfixe commence par 118 entrent progressivement dans les moeurs. En effet, si près de 54 % des lecteurs du Journal du Net déclarent n’avoir utilisé aucun des nouveaux numéros de renseignement téléphonique depuis la disparition du 12, plus de 46 % y ont eu recours au moins une fois dans les trois mois écoulés. Toutefois, en raison du nombre important d’acteurs sur ce secteur, les usages sont assez dispersés.

Le plus utilisé est aussi celui qui la plus grosse campagne de communication. Avec un investissement publicitaire frôlant les 54 millions d’euros entre novembre 2005 et avril 2006, Le Numéro, la filiale française du britannique The Number, s’adjuge la première place. 14,1 % des lecteurs du Journal du Net déclarent en effet l’avoir utilisé.

Tout de suite après arrive Telegate. Un peu moins présente en termes de communication (42 millions d’euros selon TNS Secodip), la société d’origine allemande fait un peu moins bien que la son concurrent britannique. 12 % des lecteurs du Journal du Net indiquent en effet l’avoir utilisé.

La troisième place revient à Orange qui selon TNS Secodip a investi 27 millions d’euros en communication. Des efforts relativement efficaces puisque le 118.712 est utilisé par 8 % des lecteurs du Journal du Net.

Les efforts de Pages Jaunes en matière d’investissements publicitaires ont en revanche été un peu moins payant. Alors que la filiale de France Télécom a consacré 31 millions d’euros pour communiquer autour de son numéro de renseignement, le 118.008 n’a été utilisé que par 4,2 % des sondés.

En terme d’utilisation, il est même dépassé par Free qui pourtant n’a fait quasiment aucune communication sur son service de renseignement téléphonique. Le 118.818 est en effet utilisé par 7,7 % des lecteurs du Journal du Net.

Source : Questionnaire JDN

Baromètre SOFRES des numéros 118 retenus par les français

11 juillet 2006 | 118 000, 118 008, 118 218, 118 712, Annonces, Baromètre 118, Dans la presse, Enquêtes & analyses, France Telecom, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur Baromètre SOFRES des numéros 118 retenus par les français

Les n° « 118 » : notoriété et utilisation

Le 10 juillet 2006 – Deux mois après la disparition du 12, notre étude réalisée par le département Télécoms de TNS Sofres permet de mettre en regard la notoriété des nouveaux services de renseignement en « 118 » avec leur taux d’utilisation déclaré.

Principaux enseignements : les numéros les plus connus sont ceux qui sont les plus utilisés avec une hiérarchie notoriété – taux d’utilisation identique. Le Numéro, avec son service 118 218, creuse l’écart avec ses concurrents tant en terme de notoriété que de taux d’utilisation. Les autres acteurs qui restent dans la course sont le 118 000 de Telegate, le 118 712 d’Orange et le 118 008 des Pages Jaunes. Enfin, Free récolte les fruits de son effet d’annonce sur son service gratuit 118 818 avec une 6ème place en notoriété assistée sans avoir investi en publicité.

L’utilisation des principaux « 118 » est le reflet de leur notoriété

L’étude montre que les numéros ayant la plus forte notoriété sont aussi les plus utilisés. Ainsi, le 118 218, leader en terme de notoriété, a été utilisé par 10% des Français dans les deux mois qui ont suivi la disparition du 12 (avril et mai). Ce taux s’établissant à 3% pour les 118 000 et 118 712 et à 2% pour le 118 008.

Le Numéro, avec son 118 218, devance largement ses concurrents

52% des Français citent spontanément le 118 218 (dont 36% qui le citent en premier). Le Numéro poursuit donc son ascension (il obtenait 45% de notoriété en décembre 2005). Les autres services principaux sont plus en retrait, avec 25% des Français qui mentionnent le 118 000 de Telegate (9% de citation en premier), 21% le 118 712 d’Orange (6% de citation en premier) et 16% le 118 008 des Pages Jaunes (dont 5% en première citation).

Le service gratuit de Free « 118 818 » s’est créé une notoriété sans avoir investi en publicité

Sa notoriété assistée atteint 11%, ce qui le classe au 6e rang des 118. Néanmoins, l’absence de soutient publicitaire se fait sentir au niveau de la présence à l’esprit (seulement 1% de notoriété spontanée) et de l’usage (taux d’utilisation inférieur à 1%).

Le 12, deux mois après sa disparition, est déjà un souvenir lointain

Le numéro historique des renseignements ne dispose plus que d’une notoriété spontanée de 9% alors qu’elle était de 33% il y a seulement quelques mois.

Des services « 118 » qui cohabitent avec d’autres solutions utilisées plus massivement par les Français

85% des Français ont déclaré ne pas avoir eu recours aux renseignements téléphoniques au cours des deux derniers mois. En revanche, ils ont toujours massivement recours aux annuaires papiers (77%) et à Internet (50%) ; le Minitel devenant une pratique marginale (8%). Dernier enseignement : les utilisateurs des 118 ont recours également aux autres solutions (annuaires papiers à 74%, Internet à 56%).

Téléchargez les résultats de cette étude [PDF]

Source : TNS Sofres [communiqué en ligne]

Réagir à ce communiqué sur le forum

Annuaire universel : tableau de bord de l’ARCEP – juillet 2006

11 juillet 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | Commentaires fermés sur Annuaire universel : tableau de bord de l’ARCEP – juillet 2006

L’ARCEP met à jour son tableau de bord de l’annuaire universel. En date du 5 juillet 2006, une douzaine d’opérateurs ont cédé leurs listes d’abonnés à trois éditeurs au moins et la proportion d’abonnés inscrits sur les listes des opérateurs mobiles passe en juin à 1,8 %.

Tableau de bord de l’annuaire universel – 5 juillet 2006

Ce tableau de bord rend compte de l’état d’avancement de l’annuaire universel.

Or, il convient de rappeler que :

  • tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement ;
  • les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettrent en mesure de les exercer ;
  • les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Le tableau de bord de l’annuaire universel présente, pour un ensemble d’opérateurs(1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

Cette édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux dans la seconde quinzaine de juin 2006.

Afficher le tableau des résultats [image JPEG, dans une nouvelle fenêtre]

Les résultats constatés

Les évolutions constatées au mois de juin font apparaître de nouveaux progrès concernant la mise à disposition des listes par les opérateurs auprès des éditeurs et une très légère progression du taux de numéros inscrits sur ces listes.

En matière de cession de liste

De façon générale, le nombre de listes effectivement mises à disposition a légèrement progressé en juin. Une douzaine d’opérateurs ont désormais cédé leurs listes d’abonnés à trois éditeurs au moins. A l’autre extrême, seul un opérateur figurant dans le tableau de bord ne déclare toujours aucune cession effective.

En matière de taux d’inscription au sein des listes

Même si elle demeure encore très faible, la proportion d’abonnés inscrits sur les listes des opérateurs de téléphonie mobile continue de progresser et passe en juin à 1,8 %. Par comparaison, le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie fixe sur le périmètre des opérateurs considérés se situe au-delà de 70 % dans un contexte réglementaire au demeurant différent.

Annexes

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

(1) Il s’agit d’opérateurs attributaires de numéros et qui affectent aux abonnés tout ou partie de ces numéros, directement ou par l’intermédiaire d’un distributeur. Certaines évolutions ultérieures du format du tableau de bord sont envisageables, notamment son extension à d’autres acteurs.

Tableau de bord [PDF]

Source : ARCEP [communiqué en ligne]

Réagir à ce communiqué sur le forum

Seuls quelques 118 mémorisés, le 12 déjà oublié

11 juillet 2006 | 118 000, 118 218, 118 712, 118 818, Baromètre 118, Dans la presse, France Telecom, Groupe Iliad/Free, Le Numéro, Telegate France | Commentaires fermés sur Seuls quelques 118 mémorisés, le 12 déjà oublié

Quatre mois après leur mise en service, seuls quelques nouveaux numéros de renseignements téléphoniques ayant bénéficié d’une grosse campagne de publicité ont été mémorisés, selon un sondage TNS-Sofres. Actuellement, 27 numéros en 118 sont en activité, mais le papier n’a pas dit son dernier mot.

Les publicitaires ont tout mis en oeuvre pour nous faire retenir ces numéros : 118 218, 118 712, 118 000… A grand coup de mélodies entêtantes, pendant plus de deux mois, personne n’a pu y échapper, au point de frôler l’overdose. Et il semblerait que ces techniques publicitaires relevant du matraquage aient fonctionné. En effet, seuls quelques-uns des nouveaux numéros de renseignements téléphoniques en 118 sont désormais mémorisés, trois mois après la disparition du 12, selon un sondage TNS-Sofres.

« Les numéros les plus connus sont ceux qui sont les plus utilisés », indique ce sondage, selon lequel le 118 218 (Le Numéro), largement médiatisé, « creuse l’écart avec ses concurrents tant en terme de notoriété que de taux d’utilisation ». Il a été utilisé par 10% des personnes sondées en avril et en mai, contre 3% pour le 118 000 (Telegate) et le 118 712 (Orange), et 2% pour le 118 008 (Pages Jaunes).

Le 12 déjà aux oubliettes

Toujours d’après ce sondage, 52% des personnes interrogées citent spontanément le 118 218, contre 25% pour le 118 000, 21% pour le 118 712 et 16% pour le 118 008. Seule exception, le 118 818, numéro gratuit depuis un fixe lancé par Free sans aucune publicité, se classe quand même au 6e rang en termes de notoriété, selon TNS Sofres.

Quant au 12, numéro historique de France Télécom désactivé le 3 avril, il n’est plus qu’un lointain souvenir : il « ne dispose plus que d’une notoriété spontanée de 9% alors qu’elle était de 33% il y a seulement quelques mois », explique l’institut de sondage. De manière générale, les personnes interrogées ont plus utilisé les annuaires papiers (77%) et internet (50%) pour chercher un numéro, 85% d’entre elles déclarant même n’avoir pas eu recours une seule fois aux renseignements téléphoniques au cours des deux derniers mois. Actuellement, vingt-sept numéros en 118 sont en activité.

Source : TF1.fr

118 218, le gagnant de la bataille des renseignements téléphoniques

11 juillet 2006 | 118 000, 118 008, 118 218, 118 712, 118 818, Baromètre 118, Dans la presse, France Telecom, Groupe Iliad/Free, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur 118 218, le gagnant de la bataille des renseignements téléphoniques

Selon un sondage réalisé par TNS Sofres le 118 218, leader en termes de notoriété, a été utilisé par 10% des Français dans les deux mois qui ont suivi la disparition du 12 (avril et mai). Ce taux s’établissant à 3% pour les 118 000 (Telegate) et 118 712 (Orange) et à 2% pour le 118 008 (Pagesjaunes).

52% des Français citent spontanément le 118 218 (dont 36% qui le citent en premier). Le Numéro poursuit donc son ascension (il obtenait 45% de notoriété en décembre 2005). Les autres services principaux sont plus en retrait, avec 25% des Français qui mentionnent le 118 000 de Telegate (9% de citation en premier), 21% le 118 712 d’Orange (6% de citation en premier) et 16% le 118 008 des Pages Jaunes (dont 5% en première citation).

A noter, la performance de Free. Toujours où on l’attend le moins, la filiale d’Iliad (ILD) atteint une notoriété de 11% ce qui le classe au 6e rang des 118 alors que le groupe n’a réalisé aucun investissement publicitaire.

L’institut de sondage relève que le recours au renseignement téléphonique cohabite avec d’autres solutions. Ainsi 85% des Français ont déclaré ne pas avoir eu recours aux renseignements téléphoniques au cours des deux derniers mois. En revanche, ils ont toujours massivement recours aux annuaires papiers (77%) et à Internet (50%) ; le Minitel devenant une pratique marginale (8%).

Source : Capital.fr

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)