Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

19 août 2008 | Annonces, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les petites annonces PagesJaunes s’allient à M6

Groupe PagesJaunes

PagesJaunes Groupe et le groupe M6 ont noué un partenariat stratégique sur Internet, visant à développer ensemble le site annoncesjaunes.fr.

L’objectif annoncé est de devenir leader multi-segments de la petite annonce sur Internet, en étant présent à la fois sur la thématique immobilière, automobile et à terme sur d’autres segments notamment dans le domaine de l’emploi.

Le groupe M6 prendra une participation de 34% dans le capital de PagesJaunes Petites Annonces, aujourd’hui filiale à 100% de PagesJaunes Groupe, via une augmentation de capital de 16 millions d’euros.

Le partenariat entre M6 et PagesJaunes Petites Annonces bénéficiera tant aux annonceurs qu’aux internautes utilisateurs d’annoncesjaunes.fr, en raison de la notoriété accrue du site, permise par l’exposition renforcée du service annoncesjaunes.fr sur les sites du groupe M6 et à la puissance médiatique de M6 tant à la télévision que sur Internet. Les utilisateurs d’annoncesjaunes.fr auront également accès à des contenus éditoriaux enrichis, avec par exemple les essais de turbo.fr. De leur côté, les utilisateurs des sites M6 comme m6.fr, ou turbo.fr auront un accès direct aux petites annonces d’annoncesjaunes.fr.

Le site annoncesjaunes.fr propose aujourd’hui un inventaire de 400000 annonces immobilières et automobiles . Ce partenariat permettra d’accélérer le développement d’annoncesjaunes.fr sur le marché dynamique des petites annonces en ligne en France, grâce notamment à la mise en avant d’annoncesjaunes.fr sur les supports de M6, avec l’ambition d’imposer rapidement un nouvel acteur de référence sur un marché en forte croissance.

Adossé à la puissance commerciale et à la compétence Internet de PagesJaunes, avec 4000 annonceurs conquis au 30 juin 2007 et 618000 visiteurs uniques au mois de juin 2007, annoncesjaunes.fr occupe déjà, après seulement 6 mois d’activité, une position significative, sur un marché de la petite annonce en ligne dont la croissance moyenne annuelle est estimée à environ 20% entre 2007 et 2012 .

Nicolas de Tavernost, Président du Directoire de M6, a déclaré : « Avec cette prise de participation stratégique, le groupe M6 se positionne sur le marché porteur des petites annonces aux côtés d’un acteur reconnu. Les perspectives de croissance du marché des petites annonces sont soutenues par l’essor du nombre d’annonceurs sur le numérique. Le groupe M6 mettra la puissance de ses supports, de ses marques et de ses contenus au service du développement d’annoncesjaunes.fr ».

Michel Datchary, Directeur général de PagesJaunes Groupe a déclaré : « Le partenariat avec un groupe de la qualité de M6 est un mouvement stratégique important pour PagesJaunes Groupe. Il nous permet d’accélérer notre développement dans les petites annonces immobilières et automobiles en ligne et de conquérir plus rapidement une part de marché conséquente. Les équipes de PagesJaunes et celles de M6 partagent une vision commune et enthousiaste de ce marché. »

Source du communiqué : News Eco

Le Minitel fait de la résistance

11 août 2008 | Alternatives, Dans la presse, France Telecom, Les Services | Commentaires fermés sur Le Minitel fait de la résistance

Face au succès d’Internet, le Minitel fait de la résistance…

Après vingt-cinq ans de bons et loyaux services, le 3611, l’annuaire électronique, accessible par le Minitel, va définitivement disparaître des écrans à la fin mars 2009. Ce service était fortement concurrencé par l’Internet. « L’audience de l’annuaire électronique est en chute de plus de 50 % par an », constate France Telecom. Aujourd’hui, le service reçoit 200 000 à 300 000 connexions par mois, contre 5 à 6 millions dans les années 1990.

Le groupe français d’annuaires Pages jaunes, régie publicitaire du 3611, explique, de son côté, que « la courbe d’audience de ce service et celle du site Internet pagesjaunes.fr se sont croisées en 2003 ». Depuis, le déclin du 3611 a été très rapide. Cependant, le Minitel est loin d’être mort. Ceux qui pronostiquaient sa disparition prochaine devront encore attendre. Aujourd’hui, France Telecom n’envisage pas d’arrêt du Minitel avant l’horizon 2011.

Certes le trafic de ce terminal, uniquement déployé en France au début des années 1980, est loin d’être aussi élevé qu’au milieu des années 1990, lors des années fastes. En 1998, il avait reçu 7,8 milliards d’appels. En 2007, le nombre d’appels reçus avait chuté à 220 millions.

Toutefois, il existe encore 2 millions de terminaux en fonctionnement (contre 9 millions en 1998), sans compter les logiciels qui transforment l’ordinateur en Minitel. Néanmoins, seulement 1 million de personnes utilisent réellement leur connexion Minitel.

LES PROFESSIONNELS

On pourrait croire qu’il s’agit d’irréductibles, plutôt âgés et imperméables aux nouvelles technologies. C’est en grande partie faux. La majorité des adeptes du Minitel est constituée de professionnels. Ils représentent près de la moitié du trafic. Les fleuristes, les marchands de journaux ou les débitants de tabac l’utilisent pour leur approvisionnement. Les transporteurs routiers s’y connectent pour prendre connaissance des marchandises à convoyer. « Par rapport à un ordinateur, le Minitel a l’avantage d’être résistant, de s’allumer en une dizaine de secondes, et il n’a jamais été attaqué par un virus informatique », observe Guy Cronimus, responsable du marketing des kiosques chez France Telecom.

Le Minitel rend encore service aux particuliers. Quelque 4 000 prestataires sont accessibles via ce canal (contre plus de 25 000 en 1996). Si le Minitel rose a pratiquement disparu, la consultation des comptes bancaires est un service encore très utilisé. Le site d’informations boursières Boursorama, ouvert sur Minitel en 2003, est toujours disponible. Le Minitel est aussi employé pour les paris sur les courses de chevaux. Il reste très pratique pour obtenir des informations financières sur une société.

Si malgré le boom de l’Internet le Minitel existe encore, c’est aussi parce qu’il demeure une activité rentable. Il a encore généré 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007. Alors que les éditeurs de services ont du mal à faire payer leurs prestations sur Internet, le Minitel permet de facturer de façon presque indolore les temps de connexion qui, pourtant, restent chers. Leur coût est directement prélevé sur la facture que reçoit, chaque mois, l’abonné à France Telecom.

Source : Le Monde

Le 11 du Minitel disparaît

3 août 2008 | Alternatives, Annonces, Dans la presse, France Telecom | Commentaires fermés sur Le 11 du Minitel disparaît

Le 3611 du Minitel sera débranché en mars 2009. France Télécom a annoncé l’arrêt de son annuaire de services, près de vingt-cinq ans après sa création.

MinitelL’érosion du Minitel se poursuit. Le vénérable service télématique lancé en 1982 par France Télécom (à l’époque, les PTT) va bientôt perdre l’un de ses fers de lance : son annuaire de services. France Télécom (l’éditeur du service) et PagesJaunes ont annoncé à l’AFP qu’il mettront fin au 3611 (anciennement le 11), à la fin du mois de mars 2009.

Au plus fort de sa popularité, dans les années 1990, l’annuaire Minitel enregistrait 5 à 6 millions de connexions par mois, contre seulement 200 000 à 300 000 de nos jours. « Avec le développement d’Internet, l’audience de ce service est en chute de plus de 50 % par an », justifie France Télécom dans son communiqué à l’AFP. Lors de l’annonce de son chiffre d’affaires du premier semestre 2008, le groupe PagesJaunes faisait le même constat, relevant que « la forte baisse du Minitel s’est poursuivie au second trimestre 2008 ».

Un milliard de revenus pour le Minitel

Le chiffre d’affaires du 3611 a atteint 4,5 millions d’euros au premier semestre 2008, en baisse de 69,4 % par rapport au premier semestre 2007. A son apogée, le Minitel et les 20 000 services auxquels il donnait accès (3614, 3615) représentaient 1 milliard d’euros de revenus annuels. En 2005, 6,7 millions de terminaux étaient encore actifs en France.

Le petit terminal a toujours ses adeptes dans l’Hexagone, notamment dans les entreprises. Et, paradoxalement, le 3611 n’a rien à envier sur le plan tarifaire à certains services en ligne comme les nouveaux renseignements téléphoniques (accessibles par un numéro en 118 XXX). Chez France Télécom, la prestation du 118 712 coûte 1,12 euro depuis un téléphone fixe, quand le bon vieux 3611 est facturé 0,11 euro les cinq premières minutes.

Source : 01net

Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

3 août 2008 | Bases de données, Business, Dans la presse, Pages Jaunes Numero | Commentaires fermés sur Les Pages Jaunes achètent Volt Information Sciences

L’éditeur de bottins Pages Jaunes (YLO.UN) annonce qu’il a l’intention d’acheter les actifs de l’entreprise Volt Information Sciences.

Cette acquisition, qui sera payée 178 M$ comptant, comprend des activités d’édition d’annuaires.

Volt fournit des systèmes destinés à la production et à la gestion de bases de données ainsi qu’à la numérisation d’annonces. Ses clients sont des éditeurs d’annuaires et d’autres médias.

À cela s’ajoute Data National, un éditeur indépendant présent sur les côtes Est et Sud-Est des États-Unis. Les Pages Jaunes ne mettent toutefois pas la main sur les activités de Volt en Uruguay.

Les Pages Jaunes affirment avoir beaucoup investi dans des systèmes intégrés pour l’édition et la gestion des relations avec la clientèle. L’achat de Volt aiderait à renforcer l’intégration de ces systèmes. Notamment, l’acquéreur compte accélérer le pas pour des initiatives dans les médias imprimés et en ligne.

«Cette acquisition représente une étape importante dans l’évolution de notre plateforme technologique, principalement pour nos activités de publication d’annuaires, mais aussi pour nos médias verticaux», dit Marc Tellier, PDG du Groupe Pages Jaunes.

«Grâce à la vaste connaissance de Volt de l’industrie de l’édition, associée à sa capacité d’exceller dans les technologies de l’information, ajoute M. Tellier, nous sommes bien positionnés pour continuer d’accroître notre efficacité opérationnelle et notre leadership sur le marché.»

Les Pages Jaunes et Volt ont déjà signé une convention d’achat d’actifs. La transaction devrait être bouclée en septembre 2008, si les autorités réglementaires y donnent leur feu vert.

Volt a généré un profit d’exploitation de 19 M$ US pour l’exercice qui s’est terminé en octobre 2007.

Les parts des Pages Jaunes ont clôturé à 9,07 $ mardi à la Bourse de Toronto.

Source : Yahoo Actualités

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)