Le terme « pages jaunes » appartient au domaine public

11 février 2008 | Business, Critique, Dans la presse | Commentaires fermés sur Le terme « pages jaunes » appartient au domaine public

Volonté monopolistique d’un côté et usurpations de marque de l’autre, le combat pourrait sembler être d’arrière-garde vu le cap vers la désuétude que suivent les annuaires papier, si on parlait pas en fait de l’URL www.pagesjaunes.com, jouant sur la confusion avec le site www.pagesjaunes.fr des PagesJaunes, les vraies ce coup-ci.

Pages JaunesVaut-il mieux berner les utilisateurs avec des sites-plagiats et des URL trompeuses ou se résigner à une concurrence moribondes face au 1er annuairiste français ?

Soyons francs, les annuaires bidons comme ceux mis en place par Xentral, sociétés éditant tantôt sous la dénomination « Annuaire Universel« , « 118 012 » – pour les renseignements téléphoniques – ou ici pagesjaunes.com, non seulement ne fournissent aucun service différenciant aux utilisateurs, mais on l’aura bien compris, bâtissent leur médiocre business sur la méprise, la collusion, la tromperie du public, en utilisant des marques et des termes du langage courant et du vocabulaire des renseignements.

Personnellement (et ALLO118 n’a pas d’actions ;)) je préfère voir un PagesJaunes.fr tacher de tenir face au vrai concurrent, Google, plutôt que d’invoquer le droit Européen pour des micro-annuaires bidons sans cesse à la limite de l’escroquerie.

L’article

Le groupe PagesJaunes SA, ancienne filiale de France Telecom cédée en 2006, n’est pas propriétaire des termes « pages » et « jaunes ». Une lutte juridique, entamée en 2006, oppose la société PagesJaunes SA et les sociétés Xentral/l’Annuaire Universel, qui exploitent le site Pagesjaunes.com.

Dans un communiqué daté du 8 février 2008, Xentral rappelle que le Tribunal de première instance des communautés européennes (TPCE) a statué, le 13 décembre dernier. Le TPCE « ne trouve pas illicite toute utilisation par des tiers de la dénomination pages jaunes pour désigner des annuaires professionnels ».

En revanche, le TPCE reconnaît, depuis février 2005, le droit de propriété de PagesJaunes SA sur ses marques semi-figuratives, c’est-à-dire ses logos. Par contre, il ne lui a jamais accordé de droit de propriété sur les termes « pages jaunes ». En mars 2006, le TPCE avait considéré la marque allemande « Weisse Seiten » (pages blanches) comme descriptive. Elle ne peut donc pas faire l’objet d’une marque communautaire.

Pour la Xentral, les opérateurs historiques de chaque pays conservent un avantage concurrentiel de par les marques « Pages jaunes » et leurs versions dans d’autres langues, déposées quand ils étaient en situation de monopole. Selon la Xentral, les termes « pages jaunes » ont été utilisés pour la première fois en France pour désigner un annuaire professionnel édité par la société « Bottin » en 1886. La firme souhaite donc que les décisions concernant ces termes et leurs traductions dans tous les pays européens soient traitées de la même manière. Elle se prépare à saisir la Commission européenne pour ce motif.

Source : NetEco

Aucun commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)