ALLO 118 compare tous les numéros 118

8 avril 2006 | 118 012, 118 018, 118 050, 118 300, 118 333, 118 400, 118 421, 118 500, 118 777, 118 818, Annonces, Articles ALLO118, Conduit, Groupe Iliad/Free, L'Annuaire Universel, Le Service Universel, Les acteurs du 118, NRJ Mobile, SFR, Telemedia, Telenet Hosting | 1 commentaire

8 avril 2006 : Mise à jour de notre comparateur de tarifs des services de renseignements téléphoniques.

comparateur de numéros 118COMPAREZ LES TARIFS et imprimez les tableaux comparatifs des numéros 118-XYZ. Au total ce sont pas moins de 15 acteurs opérant 28 numéros 118-XYZ.

Présentation des « petits » numéros 118 émergeants.

118012, 118018, 118050, 118300, 118333, 118400, 118421, 118500, 118818…

A l’approche du 3 avril les opérateur dits mineurs, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas participé à la première partie de cette coûteuse campagne publicitaire démarrée en novembre dernier, ces numéros 118 donc apparaissent avec plus ou moins de visibilité. Ils ont été ajoutés au comparateur et sont recensés ici.

Le comparateur de numéros 118

Les derniers numéros en liste :

Telemedia

Site Web : 118300.fr
Numéro 118 : 300
Contact : contact@118300.fr

TELEMEDIA GROUP se présente comme le partenaire des grands opérateurs de télécommunications historiques. Telemedia, créé en 1983 est le premier call-center informatisé en Europe et a été à l’origine de l’ouverture du premier numéro vert en France et de la création des services à revenus partagés.
Le Service Universel de Renseignements Téléphoniques (SURT)

Site Web : 118-400.fr – « Les renseignements à appeler avant d’appeler »
Numéro 118 : 400
Contact : contact@118-400.fr

Le 118 400 permet les recherches de particuliers comme de professionnels par intitulé ou par activité, dans une localité ou à proximité d’une adresse en France et dans la majorité des pays européens ainsi que le Canada. Il permet également la recherche inverse, en France et dans chacun de ces pays. Il est proposé en langues française et arabe et sera étendu progressivement à l’anlais, l’espagnol, l’italien, l’allemand, le portugais et le néerlandais.
NRJ Mobile

Site Web : 118333.fr – « Demandez-nous l’impossible »
Numéro 118 : 333
Tarifs [www] | contact Service Clients : 0 826 021 700 * Numéro Indigo (0,15 euros T.T.C la minute).

Qui gère le 118 333 ?
Les services du 118 333 appartiennent à la société NRJ Mobile, filiale de NRJ Group et du Crédit Mutuel. Ils sont accessibles depuis le 15 mars 2006.

Qui répond au 118 333 ?
Nos équipes sont des professionnels qui travaillent dans le premier centre d’appel certifié NF Centre de Relation Client, la société Intra Call Center. Cette certification garantit la qualité de service des centres de contacts clients.

Conduit

Site Web : le118500.com – « Le meilleur service de renseignements pour la France »
Numéro 118 : 500, 050
Tarifs [www] | contact : serviceclient@le118500.fr

118500 renseignements téléphoniques est un service proposé par Conduit.

« Société leader en matière de centre d’appel, Conduit est l’un des plus dynamiques prestataires de service en Europe. Conduit compte plus de 1.500 employés en Europe (Irlande, Royaume-Uni, Suisse et Autriche) qui s’éfforcent de fournir un service de qualité aux clients. »

Le 118500 est disponible en français, anglais, allemand, italien et espagnol/td>

Groupe Iliad/Free

Numéro 118 : 818

Le groupe Iliad/Free a fait un putsh marketing le 1er avril 2006 en annonçant le 1er service de renseignements gratuit. Peu loquace, difficile à joindre, non communiquant, nous vous invitons à consulter la rubrique dédiée au 118 818 sur ALLO 118.
L’Annuaire Universel

Numéro 118 : 012
Contact : serviceclient@118012.fr

Aucune information n’est disponible pour cet opérateur.
Telenet Hosting

Numéro 118 : 018
Contact :
serviceclient@telenet-hosting.com

Aucune information n’est disponible pour cet opérateur.
Pictures on Line

Site Web : 118-421.fr – « Le numéro qui renseigne bien »
Numéro 118 : 421
Tarifs [www] | contact :
contact@12.fr

Aucune information n’est disponible pour cet opérateur. Voir www.12.fr

Les outils de comparaison et d’évaluation d’ALLO 118 sont en perpétuelle évolution. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur le forum ou par mail.

L’équipe ALLO 118.

Free renseigne gratis, enfin presque

7 avril 2006 | 118 818, Critique, Dans la presse, Groupe Iliad/Free | Commentaires fermés sur Free renseigne gratis, enfin presque

Dans la foire d’empoigne des nouveaux numéros de renseignement en 118, Free entend se distinguer, comme d’habitude, en annonçant une gratuité partielle. Le renseignement devenant un produit d’appel pour conquérir de nouveaux clients. Explications…

Beaucoup d’appelés… et peu d’élus. En matière de renseignements téléphoniques, il n’y aura pas de place pour tout le monde. Ils sont aujourd’hui plus d’une vingtaine d’acteurs à vouloir leur part d’un gâteau estimé à 300 millions d’euros par an. D’où le matraquage publicitaire actuel, seul moyen, à leurs yeux, de s’imposer auprès d’un public passablement dérouté face à cette avalanche de numéros. Free s’est distingué de la meute en annonçant, deux jours avant la mise en service des « 118 », la gratuité de son service, là où le successeur officiel du 12 facture 0,90 euros par appel… En cela, Michael Boukobza, le patron de Free est fidèle à sa réputation de trublion des télécoms. Le coup marketing est remarquable.

Mais, avant d’appeler le 118 818, autant connaître le périmètre de cette gratuité. Elle concerne la recherche et la mise en relation avec la personne recherchée ; et s’applique aux appels passés depuis la Freebox, une ligne fixe de France Télécom ou un portable d’Orange. Dans quelques semaines, les abonnés de SFR et Bouygues bénéficieront du même avantage. Au-delà de la mise en relation, la communication est facturée au tarif équivalent à celui de France Télécom. Soit entre 0,014 et 0,078 euros TTC selon la zone d’appel (locale ou nationale) et la période (heures creuses ou pleines). Pourquoi s’être calqué sur le catalogue tarifaire de l’opérateur historique ? « France Télécom nous semble l’opérateur le plus fiable et celui dont les factures sont les plus claires. Quand un appel est facturé par un opérateur tiers, une grille tarifaire est appliquée, lisible par tous », répond Free.

En fait, en s’appuyant sur ce service, Free vise deux objectifs. Primo, la gratuité de la recherche et de la mise en relation constitue un excellent produit d’appel pour capter les communications d’autres opérateurs. Secundo, ce service permet d’en développer un autre, payant celui-là : l’annuaire inversé qui permet de retrouver le nom d’un appelant grâce à son numéro de téléphone. Evidemment pratique en situation de mobilité, lorsque qu’un numéro inconnu s’affiche sur l’écran du portable. Interrogé sur la proportion de requêtes en annuaire inversé par rapport à l’ensemble des recherches effectuées, Free feint l’ignorance. Etrange. Car en l’espèce, Free ou plutôt sa maison-mère Iliad est une habituée. Il y a dix ans, Iliad lançait, avec le Minitel, le premier annuaire inversé sur 3617 ANNU. L’entreprise possède par conséquent une certaine expérience du produit. Aujourd’hui, Free ne se distingue plus guère de la concurrence et facture 0,89 euros par recherche, y compris depuis la Freebox.

Tous les appels sont traités depuis deux centres d’appel, l’un situé à Paris, l’autre à l’étranger. Mais Free reste discret quant aux raisons qui l’ont conduit à adopter cette stratégie et observe simplement que l’ensemble des services ou supports d’informations sont désormais décentralisés à l’étranger. Charges financières obligent. A cet égard, Free peut sans doute se permettre de faire de la recherche basique un produit d’appel. La Freebox et l’explosion de l’Internet à haut débit ont en effet mis sa maison-mère à l’abri des soucis financiers. Free a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 724 millions d’euros pour un résultat net de 70 millions d’euros.

Les services venant d’être lancés, les associations de consommateurs peinent à évaluer la qualité des informations fournies ou les temps d’attente, un domaine dans lequel Free a souvent été mis à l’index par le passé. Demander un numéro de particulier est une chose, vouloir celui d’une association en est une autre. Philosophe ou réaliste, l’UFC-Que Choisir préconise, lorsque c’est possible, la recherche sur Internet, qui est elle complètement gratuite…

Source : L’Expansion.com

Lire le sujet sur le forum 118 818

Familles de France : A quel 118 se vouer ?

7 avril 2006 | 118 218, 118 710, 118 711, 118 713, 118 818, Associations, France Telecom, Groupe Iliad/Free, Le Numéro, Les consommateurs, Les Services, Les Tarifs, Pages Jaunes Numero | 5 commentaires

Associations de consommateurs : Les recommandations de Familles de France

Le « 12 » a définitivement fermé ses portes le 2 avril 2006. Désormais, si vous composez ce numéro vous pourrez entendre : « Suite à un changement de réglementation, le numéro que vous venez de composer ne vous permet plus d’accéder à un service de renseignement téléphonique. Ces services sont désormais accessibles via des numéros à 6 chiffres commençants par 118. La liste de ces numéros est disponible sur le site internet www.appel118.fr »

Il est donc temps de faire votre choix parmi la vingtaine de numéros en service. Lors de l’enquête réalisée sur les 118, FAMILLES DE FRANCE a pu constater la grande diversité de tarifs pratiqués (à l’appel, à la minute avec coût de connexion), ce qui rend la comparaison très difficile. De plus, ce tarif diffère selon l’opérateur avec lequel le consommateur appelle le service.

Pour vous faciliter la tâche, FAMILLES DE FRANCE vous donne quelques repères.

Pour un renseignement basique (recherche annuaire particulier, professionnel ou annuaire inversé) :

FAMILLES DE FRANCE incite les consommateurs à profiter des avantages de l’ouverture du marché en s’adressant aux numéros dont le prix est le moins élevé :

– Le 118 710 (FRANCE TELECOM – ORANGE), ce service à reconnaissance vocale est néanmoins un peu fastidieux et nécessite quelques appels pour se familiariser avec le système automatique. De plus, les recherches de coordonnées professionnelles n’aboutissent pas toujours, mais dans ce cas elles ne sont pas facturées !(0.56€/ l’appel depuis un poste fixe).

– Le 118 713 (LE NUMERO), un conseiller vous répond (0.56€/ l’appel depuis un poste fixe).

– Le 118 818 (ILIAD – FREE), ce service est gratuit depuis une ligne fixe FRANCE TELECOM et une FREEBOX, le délai d’attente avant prise en charge est un peu long. Attention, ce service n’est pas entièrement gratuit, la mise en relation et la recherche inversée sont payantes.

Vous pouvez également vous adresser à l’équivalent du « 12 », service universel de renseignement téléphonique détenu par FRANCE TELECOM, le « 118 711 » (0.90€/ l’appel depuis un poste fixe).

Pour des recherches complémentaires (horaires d’ouverture des administrations, des séances de cinéma, d’avion ou de train, météo…)

Ces services ont vocation à se généraliser avec l’ouverture à la concurrence. Cependant, à ce jour très peu de numéros tiennent leurs promesses malgré la facturation au prix fort du service!

– Le 118 218 (0.90€/ l’appel depuis un poste fixe) présente un prix assez modéré au regard des prestations proposées.

Les conseils pour limiter la facture

– Refuser la mise en relation

Dans la jungle tarifaire des 118, le point noir est la facturation du temps de communication après la mise en relation avec le correspondant recherché. Ce temps de communication est le plus souvent facturé au même prix que celui du service (de 0.11€ à 0.34€ la minute ), alors que le coût d’une minute de communication classique (hors coût de connexion) varie de 0.01 à 0.04 € la minute, soit 10 fois plus cher.

De plus, notre enquête a relevé qu’il était difficile pour le consommateur d’obtenir une information fiable sur cette facturation.

Pour toutes ces raisons, FAMILLES DE FRANCE vous déconseille de faire appel à ce type de service et de composer vous-même le numéro de votre correspondant, surtout si vous bénéficier de tarif de communication avantageux.

– Penser à consulter les sites internet de renseignements

Bien évidemment, il est toujours possible d’effectuer gratuitement (excepté le coûts de connexion) sa recherche à partir de sites internet consacrés aux renseignements. L’offre s’est très récemment étoffée. Outre la recherche annuaire classique, il est possible d’effectuer une recherche à partir d’un numéro de téléphone, une recherche de proximité (ex : liste des restaurants à proximité d’une adresse), d’obtenir un plan ou un itinéraire…

www.pagesjaunes.fr, le site n’est plus à présenter. Les recherches spécifiques comme la recherche inversée, la recherche d’un professionnel par son nom dans la France entière… sont payantes. Il propose également l’annuaire international.

Рwww.118218.fr/lenumero/annuaire Ce site est tr̬s fonctionnel. Il propose gratuitement la recherche invers̩e et bient̫t un espace cin̩ma.

Source : Association Familles de France

En discuter sur le forum

Annuaire universel : tableau de bord ARCEP avril 2006

5 avril 2006 | Annonces, Baromètre 118, Bases de données, Enquêtes & analyses | 1 commentaire

L’Autorité publie les chiffres au 5 avril 2006 du tableau de bord de l’annuaire universel. Une très légère progression est enregistrée pour les abonnés à la téléphonie mobile, mais le taux d’inscrits reste toujours très marginal, atteignant à peine 1,4 % sur le périmètre des opérateurs considérés (1,3 % un mois auparavant).

Cette faible proportion moyenne de numéros inscrits recouvre toujours des situations très contrastées entre opérateurs. Ainsi, le nombre de numéros inscrits sur la liste d’abonnés fournie par SFR (plus de 500.000) est très nettement supérieur à celui correspondant aux listes des deux autres principaux opérateurs de téléphonie mobile, Bouygues Telecom et Orange France, pour lesquels le nombre d’inscrits n’atteint pas 20.000.

Tableau de bord de l’annuaire universel – 5 avril 2006

La création de cet Observatoire a été décidée par l’ARCEP, à l’automne 2005, eu égard au retard alors constaté dans la mise en place de l’annuaire universel et au caractère très incomplet de certaines de ses composantes.

Or, il convient de rappeler que :

  • tout abonné à un service téléphonique, fixe ou mobile, a le droit de faire figurer gratuitement son numéro de téléphone dans l’annuaire universel, que proposent les sociétés d’annuaires et les fournisseurs de services de renseignement ;
  • les opérateurs, de leur côté, doivent informer chaque abonné de ses droits et le mettrent en mesure de les exercer ;
  • les opérateurs sont également tenus de communiquer les données de chaque abonné à tous les éditeurs d’annuaires et à tous les fournisseurs de services de renseignements qui leur en font la demande. Cependant, les données d’un abonné ne sont pas communiquées lorsque celui-ci s’y oppose. Dans le cas particulier des abonnés de téléphonie mobile, le consentement explicite de chaque abonné est requis comme préalable à la communication de ses données.

Le tableau de bord de l’annuaire universel présente, pour un ensemble d’opérateurs(1) de taille significative sur le marché français, les informations suivantes :

  • nombre de numéros de téléphone (ordre de grandeur) inscrits dans la liste de l’annuaire universel,
  • pourcentage de numéros inscrits sur cette liste par rapport au nombre total de numéros,
  • pourcentage de numéros pour lesquels les abonnés ont refusé de figurer sur la liste par rapport au nombre total de numéros,
  • état de la mise à disposition de la liste de l’opérateur auprès des éditeurs et des fournisseurs de services de renseignement.

Cette quatrième édition du tableau de bord mensuel de l’annuaire universel présente un état des lieux dans la seconde quinzaine de mars 2006.

Les résultats constatés

Tableau de bord de l’annuaire universel - 5 avril 2006

Les évolutions constatées au mois de mars font apparaître certains progrès en matière de mise à disposition des listes ainsi qu’une très légère progression des taux de numéros inscrits sur ces listes.

En matière de cession de liste

De façon générale, le nombre d’opérateurs ayant effectivement communiqué leur liste d’abonnés à des éditeurs a progressé. En particulier, quatre opérateurs ont désormais cédé ces listes à plusieurs éditeurs. En revanche, cinq opérateurs figurant dans le tableau de bord n’ont encore cédé leur liste de manière effective à aucun éditeur.

En matière de taux d’inscription au sein des listes

Une très légère progression est enregistrée pour les abonnés à la téléphonie mobile, mais le taux d’inscrits reste toujours très marginal, atteignant à peine 1,4 % sur le périmètre des opérateurs considérés (1,3 % un mois auparavant). Cette faible proportion moyenne de numéros inscrits recouvre toujours des situations très contrastées entre opérateurs. Ainsi, le nombre de numéros inscrits sur la liste d’abonnés fournie par SFR (plus de 500.000) est très nettement supérieur à celui correspondant aux listes des deux autres principaux opérateurs de téléphonie mobile, Bouygues Telecom et Orange France, pour lesquels le nombre d’inscrits n’atteint pas 20.000.

Par comparaison, le pourcentage de numéros inscrits sur les listes d’abonnés à la téléphonie fixe sur le périmètre des opérateurs considérés se situe au-delà de 70 % dans un contexte réglementaire au demeurant différent.

Annexes

Avertissements

Les informations que présente le tableau de bord de l’annuaire universel doivent être interprétées avec prudence en prenant en compte notamment les éléments de contexte suivants :

  • Le tableau de bord est réalisé à partir des déclarations des acteurs. Ces déclarations n’ont pas fait l’objet d’une validation formelle par l’Autorité, qu’elles n’engagent donc pas.
  • Afin de préserver le caractère confidentiel de certaines informations, les données relatives à chaque opérateur sont publiées sous forme d’intervalles. Le format de publication est néanmoins assez fin pour permettre d’apprécier le degré d’avancement du dispositif pour cet opérateur et son inscription dans le panorama global.
  • Les opérateurs fixes et mobiles ne sont pas soumis aux mêmes contraintes légales et réglementaires en matière d’inscription dans les annuaires. Ainsi, passé un certain délai, en l’absence de choix exprimé par l’abonné, les numéros attribués par les opérateurs fixes sont inscrits automatiquement dans les annuaires, ce qui n’est pas le cas des numéros attribués par les opérateurs mobiles.
  • De nombreux opérateurs n’attribuent pas directement leurs numéros aux abonnés, mais par l’intermédiaire de distributeurs et n’ont pas encore à ce stade intégré les informations en provenance de ces opérateurs intermédiaires.
  • Les numéros des abonnés ayant opté pour la présélection restent enregistrés dans la liste constituée par France Télécom, et ne sont donc pas pris en compte dans la liste des opérateurs présélectionnés.
  • Dans le cas de numéros portés, c’est le nouvel opérateur qui doit inscrire les numéros concernés sur la liste d’abonnés.
  • Le tableau de bord s’appuie sur le nombre de numéros inscrits par un opérateur donné dans l’annuaire, ce qui ne reflète qu’indirectement le nombre d’abonnés de cet opérateur inscrits à l’annuaire. A titre d’exemple, dans le cas d’une entreprise, il est possible que seuls quelques numéros soient inscrits, et non l’ensemble des numéros relatifs aux lignes directes de ses employés.
  • De même, il convient d’être prudent dans les comparaisons entre opérateurs. Il existe de nombreux cas spécifiques. Par exemple, les utilisateurs qui disposent à la fois d’un numéro affecté par un opérateur fixe et d’un numéro affecté par un opérateur mobile peuvent ne désirer mentionner qu’un de ces numéros dans les annuaires.

(1) Il s’agit d’opérateurs attributaires de numéros et qui affectent aux abonnés tout ou partie de ces numéros, directement ou par l’intermédiaire d’un distributeur. Certaines évolutions ultérieures du format du tableau de bord sont envisageables, notamment son extension à d’autres acteurs.

Tableau de bord [PDF]

Source : ARCEP [communiqué en ligne]

Réagir à ce communiqué sur le forum

La guerre des 118

5 avril 2006 | 118 000, 118 007, 118 008, 118 218, 118 712, Allô Bottin, Campagnes de Pub, Dans la presse, France Telecom, Le Numéro, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur La guerre des 118

Depuis le 3 avril 2006, le service des renseignements du 12 de France Télécom ne répond plus. A sa place, 7 opérateurs, dont les numéros (qui ont été tirés au sort) commencent par 118.

A la clé de ce changement, un marché estimé à 277 millions d’euros de chiffre d’affaires, grâce à 740 000 appels journaliers. Dès le 2 novembre dernier, ces 7 opérateurs ont commencé à s’étriper à coût de campagnes publicitaires. Plus de 30 millions d’euros ont été investis en cette fin d’année 2005 pour imposer leur numéro, pour un résultat très médiocre, seulement 5% des demandes téléphoniques ont été passées par un numéro 118 sur les deux derniers mois de l’année.

Ce chiffre ne va pas pour autant diminuer l’effort médiatique, puisque quelque 70 millions supplémentaires vont être investis jusqu’au mois d’avril, soit plus de 30% du chiffre d’affaires annuel du 12! L’objectif de tous ces opérateurs est simple, devenir la référence des renseignements, et peu importe l’investissement de départ, tous savent que d’ici un an ne resteront que 2 ou 3 numéros dans le cœur ou plutôt dans la mémoire des 28 millions de Français utilisant le service de renseignements téléphoniques.

Dans cette guerre sans merci, France Télécom et Orange, qui ont uni leurs efforts pour installer le 118 712, ont beaucoup à perdre. Ils doivent préserver impérativement leur situation de leader pour maintenir la qualité de leur service, et les 2600 salariés de l’ex 12. Le plus opportuniste a certainement été l’allemand Télégate, qui, en rachetant l’annuairiste Scoot en juillet 2005 pour 5 millions d’euros, récupérait par la même occasion le numéro lorgné par tous les opérateurs, le 118 000, le plus facile à mémoriser. Autre prétendant de poids, les Pages jaunes va investir en 2006 20 millions d’euros pour imposer son 118 008 en capitalisant sur ses «runners» jaunes flashy prêts à répondre à la seconde aux demandes les plus loufoques.

Le poids de l’ annuaire et du site Internet consultés par 82% des Français jouera certes en sa faveur. Le Numéro, filiale du leader britannique The Number, a été le grand gagnant de la campagne de cette fin d’année. En l’espace de deux mois le 118 218 est devenu leader en terme de notoriété (25%) grâce à ses deux personnages loufoques habillés en jogging, réminiscence ésotérique de Véronique et Davina, chantant le devenu célèbre «toutouyoutou» passant dans toutes les discothèques. En Grande-Bretagne The Number est devenu leader en dépassant, avec 45% du marché des renseignements, Britsh Télécom, le leader historique. Dernier compétiteur sérieux, Le Bottin, qui avec le 118 007 joue le côté franchouillard sympathique, avec des spots 100% TF1 confiés à Michel Leeb.

Et le consommateur, dans tout ça?

A ce jour, la loi de la baisse du prix par la concurrence n’existe pas. Trop englués dans leurs investissements publicitaires, les opérateurs ne semblent pas vouloir se positionner sur le prix du renseignement (aux alentours de 1 euro l’appel). Mais cette guerre des prix aura bien lieu. Souvenons-nous des débuts d’Internet, il a fallu attendre deux ans pour que le prix devienne un argument prioritaire; les renseignements suivront cette même voie. Dans l’attente, contentons-nous du solde net des emplois nouvellement créés, estimés à plus de 6000 pour l’ensemble des opérateurs, ce n’est déjà pas si mal, en cette période de doutes.

Source : AgoraVox

En discuter sur le forum

Communiqué du 118-400 : les renseignements en arabe

5 avril 2006 | Annonces, Dans la presse, Les Services | 1 commentaire

5 avril 2006 : le « 118 400 Les bons renseignements » innove

Après avoir lancé son service en langue française, le « 118 400 Les bons renseignements » innove avec une première langue supplémentaire, l’arabe.

Depuis ce mercredi 5 avril 2006 les appelants du 118 400 peuvent formuler leurs demandes de renseignements téléphoniques en langue arabe auprès des téléconseillers, pour une recherche dans l’annuaire universel de France, recherche normale et inversée et pour une recherche dans les 22 autres pays proposés, Allemagne, Andorre, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal, Pays-Bas, République Slovaque, Suède, Suisse, République Tchèque, Royaume Uni.

« Le 118 400 est parmi les moins chers des services de renseignements téléphoniques internationaux, de 1,69 € à 2,03 € pour un renseignement contre 3 € pour le service de renseignements internationaux de l’opérateur historique accessible uniquement en langue française. »

Il est le premier service multi langages des nouveaux numéros 118 et ouvrira progressivement ses accès dans d’autres langues à destination des visiteurs de notre pays et rédidents non francophones.

Source : communiqué du 118 400

Réagir à ce communiqué sur le forum

Bruxelles réclame à la France un service universel télécoms des régions

4 avril 2006 | Bases de données, Business, Dans la presse | Commentaires fermés sur Bruxelles réclame à la France un service universel télécoms des régions

La Commission européenne va demander à Paris de modifier sa législation. France Télécom est aujourd’hui le seul en mesure de proposer le service universel.

Il y a un an, presque jour pour jour, France Télécom se voyait attribuer, par trois décrets du ministère de l’Economie et des Finances, la charge du service universel français en matière de télécommunications, pour des durées variant de deux à quatre ans (selon les composantes).

Ce service universel est garanti par une directive européenne de 2002, qui vise à maintenir un accès minimal des citoyens aux moyens de communiquer (cabines, annuaire, abonnement social, etc.). Et ce, du fait de l’ouverture à la concurrence du marché des télécoms.

Dans l’Hexagone, il n’y avait eu aucun suspens sur le nom du lauréat de l’appel à candidatures. En effet, France Télécom avait été le seul à soumettre son dossier. Le fait que le service universel nécessite une présence sur tout le territoire – DOM inclus – expliquait que l’opérateur historique fût le seul en lice.

Ce qui ferait tiquer, aujourd’hui, la Commission européenne. SelonLes Echos, Bruxelles demanderait à la France d’attribuer le service universel sur une base régionale et non nationale, afin de permettre à d’autres opérateurs de se porter candidats. La directive « service universel » précise en effet, dans son article 8, que« lorsque les États membres désignent des entreprises pour remplir des obligations de service universel sur tout ou partie du territoire national, ils ont recours à un mécanisme de désignation efficace, objectif, transparent et non discriminatoire qui n’exclut a priori aucune entreprise ».

Des concurrents de France Télécom avaient réagi à l’époque, par la voix de l’Afors (Association française des opérateurs de réseaux et de services de télécommunications), estimant dans un commentaire envoyé à Bruxelles, que les critères français excluaient« la candidature de tout opérateur tiers ».

Pomme de discorde

Toujours selon le quotidien économique, la Commission va envoyer à Paris aujourd’hui, mardi 4 avril, un « avis motivé » pour lui demander de modifier sa loi transposant le texte européen. Une mise en demeure aurait déjà été envoyée en juillet, sans suite. L’avis motivé précède une possible procédure d’infraction devant la justice européenne, en cas de non réponse des autorités françaises. Personne, à Bercy, n’était disponible pour nous indiquer la position de la France sur ce dossier. La Finlande et la Hongrie, qui ont également reçu des mises en demeure, ont annoncé leur intention de se mettre en conformité.

Le service universel est, depuis son apparition, une véritable pomme de discorde entre France Télécom et les opérateurs alternatifs. Ces derniers n’en finissent plus de contester, recours juridiques à l’appui, les sommes qu’ils doivent verser au titre de son financement. L’Afors estime que les contributions réclamées depuis 1997 sont excessives, et ses membres réclament donc« le remboursement des sommes indûment versées » entre 1997 et 2002.

Source : L’Express.fr

Vos réactions sur le forum

Breton traite les députés de gauche de « toutouyoutous »

4 avril 2006 | Campagnes de Pub, Dans la presse, Décalé | Commentaires fermés sur Breton traite les députés de gauche de « toutouyoutous »

Le ministre de l’Economie Thierry Breton s’est fait plaisir mardi à l’Assemblée nationale en traitant de « toutouyoutous » les députés de gauche qui le chahutaient.

« M. Glavany, M. Brard, on n’est pas chez les toutouyoutous ici », a lancé l’hôte de Bercy. « Toutouyoutou » était l’hymne de l’émission « Gym Tonic » de Véronique et Davina dans les années 80. L’air a été recyclé récemment pour une publicité pour un nouveau numéro de renseignements téléphoniques.

Thierry Breton était en train d’essayer de démontrer que l’économie française se portait bien malgré la crise du CPE. « Pendant ce temps-là, le gouvernement travaille, la France travaille, la France progresse, la France avance, la France gagne », a martelé le ministre de l’Economie.

Décidément en verve, M. Breton a sorti un graphe avec les principaux chiffres de l’économie française pour confirmer ses dires. « C’est une réalité, je sais que cela ne vous fait pas plaisir, c’est pourtant la France », a conclu le ministre de l’Economie sous les lazzis des « toutouyoutous ».

Source : LaTribune.fr

En discuter sur le forum

Iliad invente le renseignement gratuit

4 avril 2006 | 118 818, Dans la presse, Groupe Iliad/Free | Commentaires fermés sur Iliad invente le renseignement gratuit

Propriétaire du fournisseur d’accès internet Free, de l’opérateur téléphonique OneTel, et du pionner de l’annuaire inversé « Annu », le groupe fait une entrée fracassante dans la bataille du renseignement téléphonique.

La libéralisation du marché des renseignements a commencé le 2 novembre dernier avec l’ouverture effective des premiers numéros en 118, mais le vrai combat commençait la nuit dernière à minuit, avec la fermeture définitive du 12 et des autres numéros de renseignements abrégés. Désormais, ce marché de 300 millions d’euros est libre. Contrairement à ses concurrents, le 118 818 de Iliad a entendu le dernier moment pour découvrir son jeu. Le 1er avril, la société a annoncé le premier service de renseignement gratuit dans un communiqué de presse aux accents révolutionnaires et philanthropiques : « Depuis des années, les sociétés éditrices de services de renseignements téléphoniques se sont enrichies sur le dos des consommateurs. L’arrivée des numéros en 118 XXX n’a fait qu’exacerber cette tendance, rendant cette pression tarifaire insupportable ».

Concrètement, un appel au 118 818 est gratuit, de même que la recherche et la mise en relation avec la personne recherchée. Mais seulement depuis une ligne France télécom, une FreeBox, ou encore un portable Orange. Iliad annonce également la gratuité prochaine de ce service pour les mobiles SFR et Bouygues Telecom. Après la mise en relation, la communication avec la personne recherchée est facturée au tarif de l’opérateur historique.

Vigilance de mise

Pas ou peu de pub, des tarifs serrés, Iliad se distingue de la concurrence. Reste deux zones d’ombres : la disponibilité et la qualité du service seront-elles comparables à celles des concurrents payants ?

Seule prestation payante, l’annuaire inversé, qui permet de trouver des informations à partir d’un numéro de téléphone. Il sera facturé par Iliad 0,89 euros par recherche.

Iliad compte sur la gratuité pour doper ses revenus d’annuaire inversé. Et pour cela, s’implanter « gratuitement » comme numéro de référence depuis les portables, sur lesquels s’affichent souvent des numéros inconnus, des trois grands opérateurs est une opportunité à ne pas rater.

Si l’irruption d’un opérateur gratuit amuse dans un marché qui faisait figure de coffre au trésor amuse, la vigilance est de mise : comme d’autres acteurs du marché, Iliad via Free, a été plusieurs fois condamné pour une attitude pas vraiment philanthrope envers ses abonnés. Et notamment un jugement du 22 février dernier pointant pas moins de 32 clauses abusives.

Source : LeFigaro.fr

Vos réactions sur le forum

Après le 12, place au(x) 118

4 avril 2006 | Dans la presse, SPECIAL fin du 12 | Commentaires fermés sur Après le 12, place au(x) 118

Ouverture à la concurrence oblige, le 12 de France Télécom, numéro historique des renseignements téléphoniques, cesse définitivement de fonctionner aujourd’hui. Pour obtenir ce service, vous devrez désormais choisir parmi vingt-quatre numéros à six chiffres, commençant tous par 118.

Onze opérateurs privés se partagent le marché, dont SFR (118 777), Allo Bottin (118 007) ou encore France Télécom (118 710, 118 711, 118 712, 118 810). Samedi, Free se lançait dans la bataille avec le 118 818, un numéro dont l’appel, la recherche téléphonique et la mise en relation sont gratuits depuis une ligne fixe ou une Freebox. Ses concurrents ont aussitôt répliqué en dénonçant des « coûts cachés » pour le consommateur. Inquiète, l’UFC-Que choisir dénonce, elle, une tarification compliquée, excessive, et appelle, quand c’est possible, à « privilégier le recours à Internet ».

Source : Le Web de l’Humanité

Vos réactions sur le forum

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)