118 : Panorama de la presse du 2 novembre 2/3

3 novembre 2005 | Allô Bottin, Annonces, Calendrier du 118, Dans la presse, France Telecom, Intra Call Center, L'Annuaire Universel, Le Numéro, Les acteurs du 118, Les consommateurs, Les Services, Les Tarifs, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur 118 : Panorama de la presse du 2 novembre 2/3

Voilà.fr
Renseignements téléphoniques: un site pour informer les consommateurs

L’Autorité de régulation du secteur des télécoms, l’Arcep, a ouvert un site internet (www.appel118.fr) pour informer les consommateurs sur les nouveaux services de renseignements téléphoniques lancés mercredi.

Au total 25 numéros à six chiffres et commençant par 118 sont opérationnels mercredi, lancés par neuf opérateurs différents: Le 118 000 (groupe Telegate), Intra Call Center, Allo Bottin, la société Le Numéro, le 118 Teledis, France Télécom, Free, SFR et Pictures On Line

Au total, 28 opérateurs ont exprimé leur désir de se lancer sur ce marché et se sont vu attribuer des numéros. Ils devraient, à l’instar de l’annuaire universel, faire leur entrée d’ici le 3 avril 2006, date à laquelle le 12 de France Télécom, le numéro historique des renseignements téléphoniques doit définitivement être fermé.

L’Arcep doit publier dans l’après-midi un tableau des tarifs proposés par les différents opérateurs présents sur ce nouveau marché.

Lire l’article en ligne

FranceTelecom.com
Communiqué du 2 novembre 2005

Avec France Télécom et Orange, les renseignements ont un nouveau numéro : le 118 712

Le 2 novembre 2005, France Télécom et Orange lancent leur nouveau numéro de service de renseignements, le 118 712.

Lire le communiqué complet en ligne

Silicon.fr
L’UFC n’aime pas les successeurs du 12 et appelle au boycott

Alors que les nouveaux services de renseignements téléphoniques sont lancés ce mercredi, l’association de consommateurs dénonce des « services additionnels lourdement surtaxés »

Les nouveaux concurrents du 12 de France Télécom débarquent aujourd’hui. Ils exploiteront des numéros à six chiffres commençant par 118 sur un marché français estimé à 300 millions d’euros (450 millions d’appels par an) ! Un gâteau dont tout le monde veut la plus grosse part !

Tous les acteurs qui se lancent misent sur les services additionnels (comme des informations touristiques, des services de loisirs, des infos pratiques) pour créer de la valeur ajoutée. C’est ce mélange des genres qui irrite l’association de consommateurs UFC Que Choisir ?

Dans un communiqué, l’association s’explique: « avec l’arrivée des 118XYZ et la disparition du 12 en avril prochain, l’ARCEP a tout organisé pour jeter les consommateurs dans les filets de 27 sociétés (annuairistes et opérateurs de téléphonie) qui, sous couvert de fournir le service universel de base, sont surtout impatientes de pouvoir les diriger vers des services additionnels lourdement surtaxés « .

Et de poursuivre: « les consommateurs ne pourront plus obtenir simplement un numéro de téléphone de l’hôpital, d’un collègue de travail ou d’un ami sans devoir faire face aux sollicitations d’un marchand de services en tous genres. Il est donc mensonger de dire que le 118XYZ est l’équivalent du ’12′ ».

Pour l’UFC, « la multiplication des numéros (57 attribués à ce jour) pour accéder à un même service de base est source de complication et d’opacité pour le consommateur. En Angleterre, où ce dispositif existe, les consommateurs perdus et excédés par l’attitude des annuairistes appellent de moins en moins le service de renseignement universel ! ».
Par ailleurs, « les consommateurs qui ont choisi de restreindre leur ligne aux appels locaux ne pourront pas accéder au 118XYZ. Cela concerne plus d’un million d’abonnés. Par contre, tous les 118XYZ seront accessibles depuis un mobile à un prix fortement majoré : les parents de jeunes consommateurs apprécieront ! ».

Autant d’éléments qui poussent l’UFC a appeller au boycott de ces nouveaux services en demandant aux « consommateurs à continuer, jusqu’à sa disparition en avril, à n’utiliser que le 12 ».

L’association réitère auprès de l’ARCEP sa demande d’obliger les sociétés à réserver certains 118XYZ à la délivrance exclusive du service de renseignement de base, sachant que pour les services additionnels dits ‘à valeur ajoutée’, les professionnels disposent potentiellement de plusieurs centaines de numéros 118XYZ pour les développer.

Lire l’article en ligne

UFC Que choisir
Disparition du « 12 » programmée en avril

Annuairistes, opérateurs : la soupe est servie !

Avec l’arrivée des 118XYZ et la disparition du 12 en avril prochain, l’ARCEP a tout organisé pour jeter les consommateurs dans les filets de 27 sociétés (annuairistes et opérateurs de téléphonie) qui, sous couvert de fournir le service universel de base, sont surtout impatientes de pouvoir les diriger vers des services additionnels lourdement surtaxés (horaires d’ouverture et menu d’un restaurant, itinéraire routier, prévision météo…).

Le dispositif est aberrant pour plusieurs raisons :

– Le service universel, feu le 12, sera à terme utilisé comme produit d’appel pour un nouveau marché de services de renseignements dits à « valeur ajoutée ». Les consommateurs ne pourront plus obtenir simplement un numéro de téléphone de l’hôpital, d’un collègue de travail ou d’un ami sans devoir faire face aux sollicitations d’un marchand de services en tous genres. Il est donc mensonger de dire que le 118XYZ est l’équivalent du « 12 ».

– L’actuel prix de France Télécom sur le 12, régulé par l’ARCEP, est en principe orienté vers les coûts. En ce cas, comment les différents prix du service de base en 118XYZ pourraient-ils être moins élevés, si ce n’est à le faire au détriment de la qualité ?

– La multiplication des numéros (57 attribués à ce jour) pour accéder à un même service de base est source de complication et d’opacité pour le consommateur. En Angleterre, où ce dispositif existe, les consommateurs perdus et excédés par l’attitude des annuairistes appellent de moins en moins le service de renseignement universel !

– Les consommateurs qui ont choisi de restreindre leur ligne aux appels locaux ne pourront pas accéder au 118XYZ. Cela concerne plus d’un million d’abonnés. Par contre, tous les 118XYZ seront accessibles depuis un mobile à un prix fortement majoré : les parents de jeunes consommateurs apprécieront !

Dans ces conditions, l’UFC-Que Choisir :

– appelle les consommateurs à continuer, jusqu’à sa disparition en avril, à n’utiliser que le 12.

– réitère auprès de l’ARCEP sa demande d’obliger les sociétés à réserver certains 118XYZ à la délivrance exclusive du service de renseignement de base, sachant que pour les services additionnels dits « à valeur ajoutée », les professionnels disposent potentiellement de plusieurs centaines de numéros 118XYZ pour les développer.

Lire l’article en ligne

LeMonde.fr
Les renseignements téléphoniques français s’ouvrent à la concurrence

Les consommateurs français ont désormais, depuis mercredi 2 novembre, le choix entre plusieurs fournisseurs de renseignements téléphoniques. Le numéro historique, le 12 de France Télécom, ne disparaîtra toutefois pas avant le 3 avril 2006. Le 712 d’Orange, le 222 de SFR et le 612 de Bouygues Telecom n’ont également plus que cinq mois à vivre.

Neuf services de renseignements sont accessibles via des numéros à six chiffres, dotés du préfixe 118. Les tarifs démarrent à 0,56 euro pour aller jusqu’à 1,124 euro. Certains services facturent l’appel à la minute.
Le 25 juin 2004, le Conseil d’Etat avait jugé que le 12 constituait une distorsion de concurrence. Un an plus tard, l’Autorité de régulation des télécommunications (Arcep) a attribué, via un tirage au sort, des numéros à 27 opérateurs. Ces derniers devaient choisir un ou plusieurs numéros à six chiffres, commençant par le 118.
Parmi ces acteurs, France Télécom, qui détient 75 % du marché (avec sa filiale Orange), propose quatre numéros : le 118710, qui fonctionne par reconnaissance vocale, coûte 0,56 euro pour trois renseignements, mise en relation incluse. Le 118711 propose, pour 0,90 euro l’appel, deux renseignements et 0,15 euro la mise en relation (c’est le 12 actuel). Le 118712, lui, offre les mêmes services auquel s’ajoutent l’envoi d’un SMS de confirmation et la localisation du métro le plus proche, pour 1,12 euro. Enfin, un dernier numéro dédié aux entreprises vaut 1,12 euro l’appel.

MARCHÉ EN DÉCLIN

Parmi les nouveaux entrants figure le groupe allemand Telegate, l’un des premiers acteurs européens des renseignements. Il dispose d’un numéro facilement mémorisable, le 118000, obtenu grâce au rachat de Scoot France en juillet pour 5 millions d’euros. Son service est facturé 0,96 euro la minute (temps d’attente gratuit, mise en relation incluse et nombre de renseignements illimité). Telegate a signé un accord avec les opérateurs de téléphonie mobile SFR et Bouygues Telecom, pour qui il assurera le service annuaire.

Il faudra aussi compter avec PagesJaunes (118008), Le Numéro, filiale du groupe britannique The Number qui a obtenu trois numéros (le 118713, le 118075 et le 118218) et enfin l’alliance entre Bottin et Belgacom (118007). S’il attise les convoitises, le marché des renseignements téléphoniques est en déclin en volume du fait des consultations gratuites de l’annuaire sur le Minitel puis sur Internet.

Le nombre d’appels s’élève à 270 millions par an, dont 50 % passés depuis un téléphone mobile. Les consultations du 12 étaient en recul (­ 18,6 %, à 140 millions, en 2004). Le chiffre d’affaires de ce marché est aussi en déclin : ­ 23 % en 2004, à 277 millions d’euros, dont près de 30 % pour les opérateurs mobiles.

Afin de prendre une longueur d’avance sur les autres opérateurs qui se lanceront dans les prochains mois, certains ont prévu de gros budgets publicitaires. Chez PagesJaunes, celui-ci atteindra 10 millions d’euros d’ici à la fin de l’année et entre 20 et 25 millions en 2006. Telegate prévoit une dizaine de millions d’euros.

Pour permettre aux consommateurs de s’y retrouver dans ce maelström de tarifs et de services, l’Arcep répond à un certain nombre de questions sur son site Internet (www.arcep.fr).

Lire l’article en ligne

Le Journal Le Mague
Le 12 pleure… et nous avec !

Le numéro que vous avez demandé n’est plus en service actuellement… Le 12 de France Télécom sera bientôt aux abonnés absents, et dès aujourd’hui, une flopé de numéros à six chiffres débutant par 118 envahissent nos répertoires ! Et avec eux, un raz de marée de publicité qui encombre les ondes, les écrans de télé, les journaux, nos boîtes aux lettres, et tutti quanti !

Depuis plusieurs décennies, un numéro, une solution, deux chiffres qui se suivent pour nous aider à trouver le numéro de Monsieur Untel, du resto Machin, du gentil coiffeur gai de notre copine…

Finie, terminée, révolue la facilité ! Depuis 65 ans, on commençait à s’y habituer tout de même, c’était bien pratique. Nos parents n’ont connu que ça, nous ensuite, et voilà que tout se met à partir en vrille. Fermeture définitive du 12 le 3 avril 2006.

Merci qui ? Merci à l’ouverture à la libre concurrence du marché des télécommunications et du renseignement. Evidemment, un tel business, estimé à 300 millions d’euros, pour 450 millions d’appels par an, ça fait des envieux pardi !

Pas moins de 56 numéros à six unités, pour les quelques 27 gagnants de la grande loterie du renseignement ; sociétés spécialisées dans les renseignements téléphoniques, mais aussi des opérateurs de téléphonie mobile ou des fournisseurs d’accès Internet.

Un prix unique ? Vous rigolez ou quoi ? Les tarifs varieront selon le fournisseur et le service proposé. On fait les choses bien ou on les fait pas, on va nous emmerder jusqu’au bout du fil.

Je vous dit pas le bazar que ça être sur les lignes.

Le 118252 qui répertorie les fleuristes parisiens recevra des coups de fil de personnes souffrant d’hémorroïdes, et qui, entre deux sursauts, auront pianoté 252 au lieu du 251. Des parents souhaitant inscrire leurs mioches au catéchisme se retrouveront en ligne avec le réseau du renseignement des sex shops intra muros.

Non Monsieur, ici vous êtes au 118666, je ne peux pas vous aider pour trouver ce numéro…Non Monsieur, je ne connais pas le numéro à composer…appelez les renseignements…

Et la bataille commerciale que se livrent tous ces heureux lauréats n’est certainement pas au bénéfice des consommateurs. Tous se tirent la bourre, et affirment, études à l’appui, que leur numéro se révèle « infiniment plus efficace que les autres en termes de mémorisation ». Ben voyons…

En quinze ans, y’a eu l’Europe, l’Euro, et maintenant ça !

Oui, l’ouverture sur le monde, vers les autres, c’est bien ; le libre échange et la fin des monopoles, des dictatures aussi. Mais ça n’est plus un répertoire qu’il va nous falloir, c’est un annuaire entier rien que pour classer tous ces numéros ! Mais y’aura peut-être un mode d’emploi livré avec, comme le petit manuel sur l’Europe…

En plus de son numéro de portable, de téléphone fixe, voire de ligne adsl, de digicode peut-être, de X, de Y, va en falloir une sacrée mémoire pour ne pas s’y perdre.

Lire l’article en ligne

Aucun commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)