118 : Panorama de la presse du 2 novembre 1/3

3 novembre 2005 | Allô Bottin, Annonces, Dans la presse, France Telecom, Intra Call Center, L'Annuaire Universel, Le Numéro, Les acteurs du 118, Les consommateurs, Les Services, Les Tarifs, Pages Jaunes Numero, Telegate France | Commentaires fermés sur 118 : Panorama de la presse du 2 novembre 1/3

Voici un condensé des articles parus dans la presse (Internet) le 2 novembre, jour de l’ouverture des nouveaux numéros 118 et de leurs services au pulic.

Bonne lecture !

L’Express.fr
Adieu le 12, vive le 118 !

Le 118 remplace le 12, le numéro des renseignements téléphoniques exploité par France Télécom

Le 12 de France Télécom, accessible depuis 65 ans, ne répondra biêntôt plus. Dès mercredi, de nouveaux numéros à six chiffres débutant par 118 vont venir le concurrencer, avant sa fin définitive, prévue le 3 avril 2006. C’est la conséquence de l’ouverture à la libre concurrence du marché des télécommunications, et de celui du renseignement, estimé à 300 millions d’euros, pour 450 millions d’appels par an.

Les usagers se verront offrir pas moins de 56 numéros à six chiffres par quelque 27 opérateurs, commençant tous par 118. Parmi eux, des sociétés spécialisées dans les renseignements téléphoniques, mais aussi des opérateurs de téléphonie mobile ou des fournisseurs d’accès Internet.

Dans les 5 mois à venir, les campagnes publicitaires des opérateurs battront leur plein afin de faire connaître au public ces nouveaux services. France Télécom et Télégate – choisi par SFR et Bouygues, lancent leur offre dès aujourd’hui. Les numéros 118 pourront être composés depuis un poste fixe ou mobile. Leurs tarifs varieront selon le fournisseur et le service proposé.

Lire l’article en ligne

LeFigaro.fr
Le 118 déclenche une bataille commerciale

Le 12 disparaît. Les nouveaux services de renseignement téléphonique proposent des numéros commençant par 118. Ils investissent des sommes importantes en publicité pour se faire connaître des consommateurs.

C’EST PARTI. Le 118 remplace le 12, le numéro des renseignements téléphoniques exploité par France Télécom. Le régulateur – l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, ou Arcep – vient de lâcher la meute des opérateurs décidés à s’emparer de ce marché.

Tenus au silence et au secret – sous peine de perdre leur licence –, ceux-ci tiraient sur la laisse depuis plusieurs semaines. C’est dans un concert d’aboiements publicitaires, donc, que l’opérateur historique et les nouveaux entrants se ruent enfin sur cette nouvelle manne. Calendriers et contraintes réglementaires font de ce 2 novembre un cas d’école en matière de publicité. Peu de Français savent, en effet, que le 12 est amené à disparaître. Du 118, ils ont, pour beaucoup, mal compris de quoi il s’agit. Or l’Arcep a restreint au maximum toutes formes de pédagogie, afin « de réduire d’autant les risques de confusion entre information et promotion» avant le jour J. Quant aux campagnes autorisées, il est recommandé aux candidats «d’éviter les références au 12» pour de ne pas prolonger le monopole de France Télécom. En outre, tous les acteurs du marché prennent la parole en même temps pour marteler leur numéro et revendiquer leur expertise du renseignement. La majorité d’entre eux est inconnue des consommateurs. Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Cinq marques lancées le même jour

Parmi les dizaines de numéros en circulation exploités par vingt-sept sociétés, cinq acteurs sortent du lot par la puissance de leurs investissements médias : Telegate, The Numero, Bottin, Pagesjaunes et France Télécom. Cinq marques lancées le même jour en concurrence frontale, c’est un défi publicitaire en termes d’émergence, de mémorisation et d’attribution. Telegate et The Numero ont décidé d’annoncer clairement la disparition du 12 pour imposer leur différence. Telegate va même jusqu’à chanter, hilare, «Ce n’est qu’un au revoir». Côté médias, tous ont privilégié, dans un premier temps, le rouleau compresseur : la télévision. Affichage et radio viennent en complément. Seul The Numero a élaboré une vraie complémentarité avec l’Internet. Niveau dépenses, tout le monde se tait et se prépare à la surenchère. Michel Mani, président de Bottin, résume ce qui s’est déjà passé sur les marchés étrangers : «Les concurrents partent avec un budget de lancement, puis réinvestissent immédiatement les résultats d’exploitation en publicité. Quels que soient nos actionnaires, nous ne sommes pas là pour distribuer des dividendes, mais pour prendre des parts de marché.»

Un juriste chez France Télécom

Ces derniers jours, la tension était à son comble. Attisée, notamment, par la conférence de presse de Telegate, donnée dix jours avant l’heure avec embargo. De la même manière, le teasing anonyme de The Numero a très vite été découvert par ses concurrents. Face à ces attaques, France Télécom s’est retranché derrière la prudence et a fait valider toute démarche auprès des journalistes par un juriste maison.

Plus joyeuse, en revanche, aura été la motivation des concurrents dans les starting-blocks. Chez Pagesjaunes, la direction de la communication propose de chanter 118 008, «sur l’air de la pub». Charles Tonlorenzi, président de Telegate France, s’est trouvé un numéro de téléphone portable qui finit par 118 000, comme les six chiffres de la marque qu’il défend. Les équipes de The Numéro ont des mobiles qui font «toutouyoutou» en réunion. Et surtout, tous les acteurs affirment, études à l’appui, que leur numéro se révèle «infiniment plus efficace que les autres en termes de mémorisation». Seul France Télécom propose «d’attendre et de voir».

Lire l’article en ligne

RadioFrance.fr
Le 12 bientôt aux abonnés absents

Le numéro dédié aux renseignements téléphoniques depuis 1938 disparaîtra le 3 avril prochain. Il sera remplacé par différents numéros à six chiffres commençant tous par 118. Certains d’entre eux sont disponibles dès aujourd’hui…

Du 12 aux 118…

Jugé trop « célèbre » pour permettre à ses concurrents potentiels de rivaliser, le 12 de France-Télécom, qui bénéficie d’une notoriété vieille de 65 ans, ne répondra plus à partir du 3 avril 2006. C’est la conséquence de l’ouverture du marché des télécommunications et dans son sillon du marché du renseignement, estimé à 300 millions d’euros, au nom de la libre concurrence.

Les usagers auront désormais le choix entre pas moins de 56 numéros à six chiffres, commençant tous par 118. Au total, 27 opérateurs se sont vus attribuer un ou plusieurs de ces numéros. Parmi eux, des sociétés spécialisées dans les renseignements téléphoniques, des opérateurs de téléphonie mobile ou des fournisseurs d’accès Internet.

S’il sera toujours possible d’accéder au 12 pendant les 5 mois à venir, cette période de transition doit également permettre aux opérateurs de faire connaître au public leurs nouveaux services. Certains comme France Télécom ou encore Télégate, l’opérateur choisi par SFR et Bouygues, lancent leur offre dès aujourd’hui.

Les numéros 118 serviront à appeler tous les services de renseignements depuis un poste fixe ou mobile. Ils seront payants, avec une tarification libre variant selon le fournisseur et le service proposé.

Lire l’article en ligne

LeMonde.fr
Renseignements téléphoniques : le 118 remplace le 12

Le 12 de France Télécom, le numéro historique des renseignements téléphoniques, ne répondra plus à partir du 3 avril 2006, conséquence de la libéralisation du marché des renseignements téléphoniques. Ainsi d’autres numéros, à six chiffres, commençant tous par 118 vont prendre le relais à partir de mercredi 2 novembre.

Vingt-sept sociétés, certaines spécialisées dans les renseignements téléphoniques, mais aussi des opérateurs de téléphonie mobile ou des fournisseurs d’accès Internet (FAI) vont se disputer ce marché de 300 millions d’appels chaque année dont la moitié sont passés depuis un téléphone mobile.

Ces opérateurs se sont vu attribuer un ou plusieurs numéros à six chiffres et certains d’entre eux sont disponibles dès mercredi 2 novembre. Parmi les premiers à se lancer : France Télécom avec sa filiale PagesJaunes, le groupe allemand Telegate qui a signé des partenariats avec SFR (Vivendi Universal et Vodafone) et Bouygues Telecom, le britannique Le Numéro et Bottin.

Il faudra compter au minimum 0,56 euro par appel pour un renseignement sans mise en relation, le service actuel de France Télécom étant facturé 0,90 euro et la mise en relation 15 centimes.

CAMPAGNE PUBLICITAIRE À GROS BUDGETS

Tous ont prévu de gros budgets publicitaires pour faire connaître leur numéro. La directrice voix et services de PagesJaunes, Valérie Shwartz, prévoit d’investir 10 millions d’euros d’ici la fin de l’année et entre 20 et 25 millions l’année prochaine. Telegate parle de plusieurs dizaines de millions d’euros. Le Numéro, qui a refusé de donner un chiffre, avait investi 50 millions lors de la libéralisation du marché britannique.

Cette multitude de numéros à mémoriser, avec des tarifs et des services associés très variables, risque de désorienter les consommateurs avec pour conséquence le risque de voir les nombres d’appels diminuer, en tout cas dans un premier temps. Pour informer et aider les consommateurs, l’Arcep, le gendarme du secteur, va lancer un site Internet mercredi.

Le risque d’une baisse de qualité du service, qui a pu être observée en Grande-Bretagne où le taux de réponses et d’exactitude des réponses a chuté, pourrait aussi détourner les clients des renseignements téléphoniques. Mais pour le PDG de L’Annuaire universel, Guy Birenbaum, « l’Arcep a pris des précautions pour éviter la détérioration de la qualité : des candidats ont été éliminés, des règles à respecter ont été édictées ».

RUDE CONCURRENCE SUR LA QUALITÉ

L’Arcep a en effet imposé aux futurs « 118… » de proposer au minimum à leurs clients l’équivalent des pages blanches, soit les numéros de téléphones fixes, de mobiles et de téléphones sur Internet ainsi que les numéros de services gratuits ou payants commençant par « 08 ».

Selon le directeur général de Le Numéro, Bruno Massiet du Biest, « pour survivre, il faudra offrir un service de qualité ». Tous sont d’accord sur un point : il n’y aura pas de place pour tout le monde et 90 % du marché devrait se retrouver rapidement concentré entre les mains de deux, trois, voire au maximum quatre opérateurs.

Lire l’article en ligne

L’Entreprise.com
Renseignements téléphoniques : les 118 débarquent le 2 novembre

Les premiers numéros de renseignements en 118 ouvrent leurs services avec une grande variété d’offres et de tarifs. Renseignements internationaux, qualité de service, facturation à l’acte ou à la durée, le consommateur aura l’embarras du choix.

Dès le 2 novembre, au moins neuf services de renseignements téléphoniques en France seront accessibles via des numéros au préfixe 118. Une initiative qui a pour objectif de développer la concurrence sur un secteur jusqu’alors dominé par le 12 de France Télécom (FT), amené à disparaître.

Le marché est plutôt juteux: 450 millions d’appels par an pour un chiffre d’affaires cumulé de 358 millions d’euros en 2003. Résultat: 27 entreprises sont sur les rangs, dont FT. Elles ont obtenu, en juin dernier par tirage au sort, les nouveaux numéros à six chiffres débutant tous par le préfixe commun 118.

À lui seul, le groupe France Télécom a obtenu huit numéros. À 40.000 euros le numéro, l’opérateur historique a donc investi 320.000 euros. Pour sa part Scoot France, racheté par l’allemand Telegate, a obtenu le très symbolique 118.000; et le 118.012 a été attribué à la société parisienne l’Annuaire Universel.

Si dès le 2 novembre, les premiers services 118 pourront fonctionner, ce n’est que le 3 avril 2006 que le 12 et les autres services de renseignements ne seront plus opérationnels et renverront vers un message d’information.

D’ici là si un usager compose le « 12 », il continuera donc d’accéder au service classique de FT aux mêmes conditions. Autre numéro à rester en place, le 3912; proposé par l’Annuaire Universel, il ne passera au 118 qu’en décembre.

La tarification de ces services de renseignements est libre, à l’exclusion du cas particulier du prestataire du service universel, en l’occurrence FT qui doit respecter le cahier des charges fixé par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

Une grande variété de tarifs et de services

Dans ce dernier cas, il s’agit du numéro 118.711, un service correspondant en tout point au 12 actuel, facturé 0,90 euros l’appel, pour 2 renseignements, plus 0,15 euro la mise en relation.

Au total, l’opérateur historique va proposer quatre numéros dont le plus complet en terme de services est le 118.712 (voir tableau récapitulatif ci-dessous). Pour 1,12 euro, il intègre l’appel, la localisation du métro le plus proche ou l’envoie d’un SMS de confirmation. FT va également proposer un service à bas prix, le 118.710, totalement automatisé via reconnaissance et synthèse vocale, pour 0,56 euro l’appel.

De son côté les Pages Jaunes met en avant, avec son 118.008, une «très haute qualité de service». «Si l’appel que nous avons passé n’aboutit pas, nous reprenons le client sans surtaxe et nous tentons à nouveau de trouver ce qu’il cherche», explique un de ses responsables. Le 118.008 intègre un nombre illimité de requêtes pour 1,01 euro l’appel.

Le 118.000 de Telegate opte, quant à lui, pour le paiement à la durée de communication. Il en coûte ainsi 0,96 euro la minute. «Si le renseignement est donné en moins d’une minute, ce qui est la majorité des cas, nous sommes moins chers d’une quinzaine de centimes d’euros par rapport à la concurrence», explique à ZDNet.fr Charles Tonlorenzi, directeur général de Telegate France.

Telegate revendique la place de numéro un européen des services de renseignements (en dehors des opérateurs historiques). Il a passé des accords avec SFR et Bouygues Telecom pour qui il va sous-traiter leurs numéros de renseignements (222 et 612).

Enfin, autre acteur important: Le Numéro, filiale du groupe britannique The Number. Il intègre à son service 118.218 des renseignements internationaux et des infos pratiques. «Nous communiquons, par exemple, la pharmacie de garde, la catégorie d’un hôtel, la fourchette de prix d’un restaurant ou les horaires d’un cinéma», explique Bruno Massiet du Biest, son DG. Le service est facturé 0,90 euro l’appel. Pour offrir ces services pratiques Le Numéro a acheté des bases de données au Petit Futé ou encore à l’Annuaire des hôtels de France.

Lire l’article en ligne

SophiaNet.com
La bataille du « 12 » (renseignements) commence aujourd’hui

Adieu le 12 de tous les recours ! Le numéro des renseignements téléphoniques français disparaîtra définitivement le 4 avril. Mais déjà aujourd’hui, mercredi 2 novembre, son remplaçant, le « 118xyz » entre en piste.

A la demande de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes, le “12″ qui était géré par France Télécom va en effet disparaître au profit des “118xyz”. Les numéros « xyz », attribués aux 27 sociétés, opérateurs et prestataires qui désormais peuvent délivrer des renseignements, ont été obtenus par tirage au sort. France Télécom et sa filiale PagesJaunes se retrouvent dans cet ensemble dans lequel figurent des challengers connus depuis longtemps (comme Allo Bottin, Bouygues Telecom, SFR, Free), mais aussi des nouveaux venus dans le secteur des télécoms (comme NRJ Mobile, 118 Teledis créé le 16 mars 2005, TZ tel créé le 6 avril 2005).

Dans les Alpes-Maritimes France Telecom a tiré le premier. L’opérateur historique pour bien rappeler que les renseignements téléphoniques de France Télécom et d’Orange auront un nouveau numéro commun aux deux marques (le 118 712) organise une conférence de presse suivie d’une visite d’un plateau du centre de renseignements de Nice (36 rue Gounod) cet après-midi mercredi 2 novembre. La bataille pour la succession du 12, qui débute aujourd’hui, a comme enjeu 300 millions d’appels par an, passés vers les services de renseignements téléphoniques pour un marché estimé à 300 M€.

A noter aussi le lancement du site www.allo118.com. Blog d’information sur l’ouverture du marché des renseignements téléphoniques en France, ALLO 118 compte suivre de près toute l’actualité des nouveaux numéros 118 et de leur services.

Lire l’article en ligne

VNUnet.fr
Renseignements : Le Numéro prêt pour l’ouverture du marché

La filiale du groupe britannique a mis en place trois services dédiés, dont un en partenariat avec Le Parisien.

Le Numéro, déclinaison française du service britannique The Number, déploie son dispositif de renseignements téléphoniques. Le démarrage commercial aura lieu officiellement le 2 novembre, date qui coïncide avec l’ouverture de ce marché en France. Désormais, les Français devront s’habituer à des numéros de type 118XYZ, exploités par de multiples prestataires, pour obtenir des renseignements téléphoniques.

Un service basique

Premier service d’entrée de gamme : le 118 713. Facturé 0,56 euro TTC depuis un fixe ou un mobile, il permet au consommateur de formuler au maximum deux requêtes de numéros de téléphone. Ce service ne comprend pas de mise en relation directe ou d’envoi de SMS. En comparaison, l’actuel 12 de France Télécom est facturé 0,90 euro TTC avec un supplément de 0,15 euro pour une mise en relation.

Vers un service haut de gamme

Deuxième option : le 118 218, qui se présente comme un service plus complet. Il s’agit d’un service téléphonique donnant accès à un service de renseignements étoffé : numéros fixes et mobiles en France et à l’étranger (Australie, Canada, Etats-Unis et Europe), numéros des services d’information en ligne, numéros SMS Plus et annuaire inversé. Le service comprend également des contenus vocaux issus dune dizaine de fournisseurs comme le guide Cityneo, Petit Fûté, Hôtels de France…

Pour la tarification, malgré la volonté de lisser les prix, Le Numéro rencontre quelques difficultés à harmoniser sa grille. Pour la plupart des opérateurs fixes, le tarif de la communication est fixé à 0,90 euro TTC quelle que soit la durée de l’appel (dans la limite des 20 minutes maximum autorisée par la réglementation française Audiotel). Seul Free fait cavalier seul avec un système de communication spécifique mêlant une offre à coût fixe et une variante facturée à la minute.

Du côté des opérateurs mobiles, là aussi les pratiques divergent mais le système repose en général sur un coût de connexion assorti d’une facturation à la minute.

Un service spécial pour les lecteurs du Parisien

Pour les consommateurs franciliens, un service spécifique de renseignements téléphoniques, élaboré par Le Numéro et le quotidien Le Parisien (groupe Amaury), a été mis en place. A travers le 118 218, les clients trouveront des services et des contenus personnalisés pour faciliter leur vie au quotidien (les pharmacies de garde ou ouvertes tard le soir, par exemple). Le Parisien se chargera de promouvoir ce numéro dans ses colonnes.

Là aussi, un système tarifaire mêlant coût de connexion fixe et une offre à la minute de télécommunication a été mis en place. Mais il concerne cette fois fois-ci tous les opérateurs, fixes ou mobiles.

Filiale française du groupe britannique The Number (lui-même propriété du groupe américain InfoNXX), Le Numéro, dirigé par Bruno Massiet du Biest, est prêt à investir 50 millions d’euros pour décrocher une place dominante sur le marché des renseignements téléphoniques, en voie de libéralisation.

Le dirigeant avait importé le concept britannique Scoot en France pour le compte de Vivendi Universal en 2000. Mais, désormais, il le perçoit comme un concurrent. Car Scoot.fr a récemment été repris par Telegate France, qui ne manque pas non plus d’ambitions sur ce créneau.

Lire l’article en ligne

Aucun commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.

Renseignements téléphoniques ALLO 118 © 2005 allo118.com. Rédaction : contact@allo118.com
Conception & réalisation Homo futuris.
S'abonner au fil d'information d'ALLO 118 (RSS)